Malaise autour d'une lecture poétique de l'autopsie de Michael Brown

Antoine Oury - 19.03.2015

Edition - Société - Kenneth Goldsmith poète - Michael Brown autopsy - Brown university


Kenneth Goldsmith est un poète américain, auteur d'une dizaine de livres, professeur à l'université de Pennsylvanie et un des grands maîtres de « l'incréativité comme pratique créative ». Invité à l'université Brown, à Rhode Island, il a choisi de réciter une version légèrement remaniée du rapport d'autopsie de Michael Brown. Ce jeune homme a été abattu, en août 2014, alors qu'il ne représentait pas une apparente menace, par la police américaine.

 


La performance a eu lieu le 13 mars dernier, mais les réactions ne se sont toujours pas taries dans la foulée de cette lecture. « Sa lecture était impassible, avec seulement ses pieds qui bougeaient en rythme », explique l'artiste Faith Holland. 

 

Goldsmith utilise régulièrement des textes issus de la société civile, comme des rapports ou des écrits médiatiques. Pour son livre Seven American Deaths and Disasters, il avait composé des poèmes en prose à partir des commentaires de journalistes à la radio ou à la télévision, autour des tragédies nationales.

 

Les 75 personnes présentes pour cette lecture n'ont pas manifesté leur colère — soulignant plutôt que la lecture avait le mérite d'appuyer là où ça faisait mal. Néanmoins, après la lecture, le geste de Goldsmith a débordé sur l'Internet, et les réactions n'ont pas manqué. 

 

La consœur de Goldsmith, la poète Cathy Park Hong, a assuré qu'il avait atteint « de nouveaux sommets racistes ». 


 

Selon l'analyse de Faith Holland, la tentative de Goldsmith se défendait, mais le contexte qui a accueilli cette performance a biaisé cette dernière. L'audience était essentiellement, voire exclusivement, blanche, et l'affichage d'une photographie géante de Brown, derrière Goldsmith transformait le tout en un hommage pathétique plutôt malvenu.

 

Si Goldsmith s'est contenté de retweeter les réactions négatives à sa lecture, il a fourni quelques explications sur sa performance : « J'ai choisi un document public, relatif à une tragédie américaine dont quelqu'un a été témoin (en l'occurrence le médecin légiste) et je l'ai simplement lu. [...] Ce document est poignant. Ma lecture était poignante. Comment aurait-il pu en être autrement ? Comme dans Seven American Deaths and Disasters, le document parle d'une manière que l'interprétation ne peut atteindre. C'est un horrible document américain, mais c'est une horrible mort américaine. » 

 

L'auteur a également précisé le travail qu'il avait effectué sur le texte original : il a volontairement modifié l'ordre du rapport d'autopsie pour concentrer la majeure partie sur la description des tissus internes de Michael Brown, et modifié certains mots techniques pour les remplacer par du vocabulaire courant. Goldsmith a précisé que son salaire d'intervenant serait reversé à la famille de Brown.

 

(via The Guardian)