Malgré la baisse des ventes, WH Smith amasse des bénéfices

Julien Helmlinger - 17.10.2014

Edition - Librairies - WH Smith - Résultats financiers - Marché du livre


Les librairies WH Smith ont dévoilé leurs résultats annuels pour la période d'activité qui s'achevait à la date du 31 août 2014. Avant impôts, ses bénéfices ont progressé de 9 % d'une année sur l'autre, atteignant les 112 millions £. Parmi les deux branches d'activités, les boutiques situées dans des gares ou aéroports sont celles qui ont enregistré les meilleures performances, avec une année record en termes de profits : 73 millions £, soit une augmentation de 11 % par rapport au relevé 2013. Sur la High Street, la chaîne les a vus augmenter de 4 %, pour 58 millions £.

 

 

W.H.Smith, Stratford

CC by 2.0 par Beverley Goodwin 

 

 

Malgré la baisse des ventes, le détaillant aura continué sur la bonne voie, avec une augmentation de ses bénéfices. Un signe que la stratégie axée sur les profits a porté ses fruits, selon le chef de la direction du groupe, Stephen Clarke. Car si d'une année sur l'autre les ventes de la division voyage ont augmenté de 4 %, celles de la High Street ont chuté de 5 %, pour des ventes globales ayant diminué de 6 %.

 

La chaîne britannique possède aujourd'hui 720 boutiques de voyage, dans les aéroports, gares et autres points stratégiques, contre 604 sur la High Street. Elle continue de réduire ses investissements dans les secondes pour les focaliser principalement sur les premières. Sur cette année financière, WH Smith a ouvert 30 enseignes de voyage au Royaume-Uni ainsi que 30 autres à l'étranger.

 

Des coûts ont été réduits et la société, après un premier rachat d'actions à hauteur de 50 millions £, en annonce un nouveau, jusqu'à 50 millions £. Stephen Clarke a par ailleurs déclaré que le groupe avait démontré une solide performance avec des bénéfices par action ayant augmenté de 18 % d'une année sur l'autre. Les dividendes ont augmenté de 14 % sur une année pleine pour atteindre les 35 pence.

 

WH SMith n'a pas donné de chiffres précis concernant ses ventes de livres, mais explique toutefois que les performances dépendent des catégories. Malgré la crise, le livre jeunesse se porterait mieux que celui pour adultes, les titres de non-fiction alliés à ceux pour enfants ayant représenté 75 % des ventes de bouquins, tandis que les ventes de fiction ont pris un grand revers.

 

Comme l'annonce Clarke, le groupe va concentrer ses investissements sur les niches de croissance du marché, et prolonger son contrat avec Kobo jusqu'en 2018.