Malgré le numérique, les manuscrits ont toujours la cote

Clément Solym - 24.12.2012

Edition - Société - numérique - manuscrit - cote


Si l'on pensait que le numérique allait tout révolutionner dans le rapport au manuscrit des lecteurs et amateurs, on peut dire simplement une chose : la fin progressive d'une forme d'écriture rend d'autant plus inestimable les manuscrits des grands écrivains d'un passé plus ou moins récent, rapporte Le Figaro.

 

Dans les ventes aux enchères, on se les arrache. C'est sans doute ce qui a donné l'envie aux créateurs des Editions des Saints Pères de se spécialiser, dès la naissance de cette maison, dans l'édition de fac-similés (voir notre actualitté). De la même manière, le Musée des lettres et des manuscrits n'a vu le jour qu'en 2004, grâce aux efforts de Gérard Lhéritier. Et sa fréquentation est en constante augmentation.

 

Et, dans les ventes aux enchères, on ne vient plus seulement chercher les pages signées par de grands écrivains, on veut aussi acquérir celles des grands noms de l'Histoire, de Louis XVI à Napoléon. Cela donne l'impression de pouvoir toucher du doigt la vie et l'intimité de celui qui tenait la plume.