Maman Houellebecq prend sa revanche sur son fils

Clément Solym - 28.04.2008

Edition - Les maisons - Houellebecq - mère - Innocente


Mise à jour :

Nous avons contacté le principal intéressé et restons dans l'attente d'une réponse de sa part.

---------

L'enfant terrible de la littérature française capable de mettre tout le monde d'accord sur un point : on l'aime ou on le hait, Michel Houellebecq va défrayer la chronique, mais cette fois, il ne sera pas l'auteur du livre. Il en sera partiellement le sujet.

Une famille comme on n'en veut pas

N'ayant jamais caché, c'est un euphémisme, le dégoût que sa « vieille pute de mère » a pu lui inspirer, cette dernière a pris la plume pour en remontrer un peu à son fils. Lucie Ceccaldi, âgée de 83 ans, résidant aujourd'hui quelque part sur l'île de la Réunion va publier l'Innocente, chez Scali, le 7 mai prochain, pour rétablir l'équilibre.

« Avec Michel, on pourra commencer à se reparler le jour où il ira sur la place publique, ses Particules élémentaires dans la main, et qu'il dira : “Je suis un menteur, je suis un imposteur, je n'ai jamais rien fait de ma vie, que du mal à tous ceux qui m'ont entouré. Et je demande pardon.” [...] Tuer sa mère, c'était dans l'air du temps », lira-t-on dans une postface cinglante.

Les particules élémentaires à la source

L'enfance de l'auteur, plutôt mouvementée, avait été dépeinte comme celle d'une jeune victime, dont la mère, une hippie plus motivée par un voyage en 2CV en Afrique, que par l'éducation de son fils, confié à sa grand-mère, habitant la banlieue parisienne. Si ce thème ne vous est pas étranger, c'est qu'il est largement décrit dans Les particules élémentaires, adapté en film par la suite.

Sa mère fictionnelle y considérait que la charge que représente l'éducation d'un enfant est passablement incompatible avec la liberté personnelle. Préférant ainsi une vie libidineuse, elle délaisse sa propre progéniture.

Faire éclater les particules, ou la fission familiale

Bien que ses parents lui aient écrit, le romancier n'a manifestement jamais daigné lire leurs lettres. Le magazine Lire publiera cette semaine des extraits de ce livre que plusieurs éditeurs ont refusé de publier. Pour lui, cette mère « est trop égocentrique pour créer quoi que ce soit » de significatif. « En fait, ma mère n'a jamais rien compris à ce que je suis ; elle n'a jamais compris mon père. »

La maison Scali n'a reçu aucun commentaire de la part de Michel Houellebecq, à se demander « s'il est au courant de la publication de l'ouvrage ». Les maisons d'édition ayant publié des livres de l'auteur que nous avons contactées n'avaient pas de commentaires à faire sur la parution de ce livre. Il sera disponible pour 19,90 €.