medias

Manifestation à Istanbul : une bibliothèque comme arme de résistance

Lauren Muyumba - 05.06.2013

Edition - International - Turquie - Taksim Gezi Park - Bibliothèque publique


En Turquie, des maisons d'édition s'unissent pour faire résistance en créant une bibliothèque publique en plein air, au Taksim Gezi Park d'Istanbul. Les manifestants ont reçu le soutien d'un certain nombre de maisons d'édition qui vont assurer la distribution de livres dans les jours qui viennent.

 

 

 

via @AuFilDuBosphore

 

Depuis plusieurs jours, l'atmosphère à Istanbul est tendue. Hier, 240 000 travailleurs turcs membres du KESK ont rejoint un mouvement de manifestation qui touche plus 67 villes de Turquie. La tension est montée d'un cran : la Confédération turque des syndicats de travailleurs publics (KESK) a décidé d'organiser une grève massive de deux jours.


Le 4 juin, Sel Publishing House, éditeur turc indépendant fondé en 1990, a appelé les autres maisons d'édition à envoyer des livres et à privilégier une certaine qualité littéraire pour soutenir le mouvement. Une bibliothèque a commencé à être construite dans un parc, pour intensifier le mouvement de protestation par l'intermédiaire pacifique et culturel que représente le livre. Plus de 15 maisons d'édition ont répondu à l'appel.


Les éditeurs de Sel Publishing House expliquent que « les livres sont un des éléments essentiels de la résistance ». Les manifestants se sont livrés à cette forme de combat originale, en lisant par exemple les passages d'un bon livre face à des officiers de police. Une manière de remplacer le gaz lacrymogène par la littérature.

 

Taksim Gezi Park est un lieu symbolique puisque c'est à cet endroit qu'a commencé la rébellion le 27 mai à Istanbul : des arbres avaient été déracinés, car le gouvernement voulait y construire un centre commercial. Ce plan gouvernemental a soulevé l'indignation de la population. Les citoyens avaient monté des tentes pendant la nuit pour protester contre la démolition d'un des rares espaces verts de la capitale.


Le mouvement s'est alors déployé pour dépasser largement la cause environnementale : les protestataires disent être confrontés à un manque de respect de la part du gouvernement. Ils l'accusent d'instrumentaliser la religion et de ne pas être véritablement démocratique.


L'idée venant du peuple de construire une bibliothèque publique pour mieux se faire entendre, a déjà surgi dans un autre coin du monde : à New York, des manifestants avaient pris la possession du Zuccotti Parc en 2011 pour y créer une bibliothèque de fortune. Le mouvement citoyen Les Indignés avaient occupé Occupy Wall Street, pour revendiquer un changement de société face à la crise économique. Un signe fort de résistance, d'autant plus que des livres expédiés à la benne par les forces de police, avaient été récupérés malgré tout.

 

Merci à BlankTextField