Manuel scolaire trop sexuel, littérature jeunesse trop occidentale : crise en Chine

Victor De Sepausy - 13.03.2017

Edition - International - Chine gouvernement publications - littérature jeunesse étranger - manuels scolaire sexualité


Les parents chinois seront heureux d’apprendre que leur progéniture, une fois à l’école, sera bien protégée. Enfin... D’un côté, il semble que l’idéologie occidentale sera moins présente. De l’autre, l’éducation sexuelle va être remise en question. De quoi assurer un bel avenir à tous les enfants de l'Empire du milieu.

 

 

 

La controverse s’est répandue dans le pays, en découvrant qu’un manuel scolaire comportait des images où des personnages avaient des rapports sexuels. Insupportablement explicite pour des enfants de classe primaire, ont estimé les parents. D’autant plus qu’on y traitait d’homosexualité, et là, c’est la goutte qui... euh... l’étincelle qui met le feu au... bon. Bref.

 

Considérant ces documents trop préjudiciables pour de jeunes enfants, une mère de famille de Hangzhou (province de Zhejiang, Chine orientale) a diffusé des extraits sur le réseau Weibo – le Twitter chinois. Parmi les photos diffusées, on découvre les conseils pour se prémunir contre les abus sexuels : une femme demande, par exemple, à un jeune garçon de lui montrer ses organes génitaux.

 

L’éditeur du livre a rapidement eu vent de la controverse, mais a tenu bon : l’ouvrage a été conçu pour traiter de sujets sensibles, explique-t-il, présentant une menace sérieuse pour la société. Par ailleurs, ces sujets, peu abordés par les parents, suscitent la curiosité des enfants : plutôt que de les voir chercher sur internet,  et trouver tout et n'importe quoi – de ce que le parefeu acceptera de leur montrer – autant en parler dans le cadre scolaire.

 

Reste que la crise d’angoisse parentale ne s’est pas vraiment calmée pour autant. Mais la série d’ouvrage datant de 2010, l’éditeur a moins compris encore pourquoi tant d’ardeur. À ce jour, souligne-t-il, seule une petite quinzaine d’écoles de Beijing ont recours à des livres – qui ne sont pas des contenus pédagogiques officiels.

 

Une littérature jeunesse étrangère et corruptrice

 

Or, pendant que les parents luttent de l’intérieur pour protéger leurs enfants, le gouvernement lutte contre l’invasion d’œuvres étrangères pour la jeunesse. Au menu, films, jeux ou livres, qui ne disposeraient pas d’un permis d’exploitation spécifique, seront désormais interdits.

 

Le pays souhaite en effet créer « un environnement sûr et sain d’achats en ligne pour renforcer la confiance des consommateurs et leur satisfaction », apprend du site de vente en ligne Taobao. Le revendeur a été le premier à faire entrer en vigueur les nouvelles consignes du gouvernement.

 

Les nouvelles instructions relatives au commerce visent donc à limiter l’importation d’ouvrages, écrits par des auteurs non chinois. Elles conduiraient à ce que des milliers de livres jeunesse, traduits en chinois chaque année, soient réduits à quelques centaines d’exemplaires.

 

Une mesure difficile à mettre en place pour les revendeurs, estiment des experts de l’industrie. Jo Lusby, directrice générale de Penguin Random House Asie du Nord souligne que le marché de la littérature jeunesse est « important et en plein essor en Chine, en particulier dans le secteur de l’éducation préscolaire et du livre d’images ».

 

Première en Chine : trois condamnations pour piratage de mangas japonais 

 

Au cours des cinq dernières années, les ventes de livres en ligne auraient été multipliées par cinq, même si les ventes globales, elles, ont diminué. Si certains évoquent un protectionnisme sans fondement, les éditeurs locaux déplorent une approche irrationnelle.

 

Le gouvernement « ne peut se permettre de laisser un système de valeur pluraliste s’infiltrer en Chine, à travers la lecture de publications étrangères », pointe Pan Lu, du groupe de défense des Droits de l’Homme. « Le parti communiste chinois est terrifié à l’idée que sa propre idéologie de parti unique soit en péril, et il tente de renforcer l’emprise de son pouvoir, en contrôlant ce que les gens pensent. »

 

Quant à ce qu'ils lisent....

 

 

via FT et HT