Marcel Proust soudoyait des titres de presse pour de bonnes critiques

Antoine Oury - 29.09.2017

Edition - Société - Marcel Proust critiques - Marcel Proust argent - Marcel Proust journaux


Ce petit filou de Marcel Proust a soudoyé des titres de presse pour obtenir de bonnes critiques sur son roman Du côté de chez Swann, apprend-on grâce à des lettres qui seront bientôt vendues aux enchères. L'écrivain explique dans un courrier qu'il va envoyer des mots à dactylographier à son éditeur, pour qu'« il n'y ait aucune trace de [son] écriture ».


Tombe de Marcel Proust - Cimetière du Père Lachaise
(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
 
 

Un exemplaire précieux et rare de Du côté de chez Swann de Marcel Proust, imprimé sur un papier dit Japon impérial, sera mis aux enchères par la maison Sotheby’s ce samedi 30 octobre, estimé entre 400 et 600.000 €. Mais ce qui attire l'attention, et notamment celle de The Guardian, c'est la présence dans le lot de plusieurs lettres qui révèlent que Marcel Proust aurait tout simplement acheté plusieurs critiques positives pour Du côté de chez Swann, premier volume de La Recherche du Temps perdu.

 

Proust écrit ainsi à son éditeur Louis Brun, chez Grasset, pour lui demander de dactylographier un mot, « afin qu'il n'y ait aucune trace de mon écriture » et ainsi l'éloigner « de tout ce qui pourrait relier à cet échange d'argent ». Tel un vulgaire acheteur de critiques positives sur Amazon, Proust aurait manigancé depuis son chez-lui, en laissant à l'éditeur le soin de transmettre l'argent avant « bien sûr, de le rembourser intégralement ».

 

Pire encore, les lettres font apparaître les différents montants versés : 300 francs pour Le Figaro et une mention positive en Une, ou 660 francs pour une critique enjouée, rédigée par un de ses amis, bien sûr, sur la première page du Journal des Débats. Des sommes conséquentes, que l'écrivain n'hésitait pas à débourser malgré tout. Pour s'assurer que tout ce qui concernait son livre était de bon aloi, Proust transmettait même une base sur laquelle la critique devait être écrite, un texte signé par son ami le peintre Jacques Émile-Blanche.

 

Proust proposait même quelques formules bien choisies, qu'un attaché de presse studieux n'aurait pas reniées : La Recherche du Temps perdu « chasse comme un coup de vent les vapeurs soporifiques », tandis que les écrits de Marcel Proust « sont presque trop lumineux pour le regard », tout simplement.

 

Dans une des lettres du lot, Proust exprime sa fureur vis-à-vis du Figaro, qui n'avait pas reproduit une phrase dans laquelle il était présenté comme « l'éminent Marcel Proust ».

 

Le classement du New York Times floué par un livre improbable

 

Bien entendu, si ces fausses critiques sont bien réelles, elles n'enlèvent en rien le succès public réellement reçu par l'œuvre. Certes, les achats ont pu aider le livre à décoller, mais la fortune ne fait pas l'œuvre immortelle.

 

Benoît Puttemans, expert chez Sotheby's, excuse un peu Proust en soulignant que les achats de critiques étaient fréquents à l'époque : « Proust s'y prenait de manière magistrale. Il n'était jamais direct. Il se conduisait comme son propre agent, écrivant des articles sur son livre et les envoyant pour faire croire qu'ils étaient signés par d'autres. [...] Proust voulait être apprécié de tous. »