Marché de l'ebook : l'Europe de l'Ouest rattrape son retard

Clément Solym - 19.08.2011

Edition - Economie - europe - marchjé - ebook


Elle est fatiguée, l'Europe, qu'on lui dise combien elle a pris du retard dans le domaine du livre numérique. Or, voilà qu'elle sourit, à la lecture d'un rapport, qui montre un net décollage durant l'année 2010.

En effet, Futuresource Consulting fait état d'une hausse du marché du livre numérique de 400 % durant l'an passé en Europe. « Malgré une croissance rapide de la demande pour les ebooks, en Europe occidentale, le marché est encore à ses balbutiements, et représente moins de 1 % des dépenses totales des consommateurs sur les livres », dévoile Fiona M. Hoy, auteure de l'étude.

Et de préciser qu'il existe une foule d'opportunités dans ce secteur. Les perspectives du cabinet le montrent, puisque leurs prévisions estiment que « les revenus liés à l'ebook atteindront 1,6 milliard € en 2015, représentant 15 % du portefeuille total des dépenses ».


En guise de repère, l'étude cite le marché étatsunien, où l'ebook représente 6,4 % des dépenses dans la consommation d'ouvrages pour l'année 2010, pour atteindre 878 millions $. Il n'était cependant que de 0,6 % en 2008...

So British

Selon le reste de l'étude, il faut noter que l'Angleterre serait la plus en avance sur le sujet, avec une perspective de 100 millions £ de chiffre d'affaires cette année, et des ventes représentant 5 % de la consommation totale de livres dans le pays. C'est que l'arrivée d'Amazon, qui aurait vendu près de 400.000 Kindles sur le territoire entre la sortie en août 2010 et la fin de l'année, a largement favorisé la croissance.

Et outre-Rhin

Du côté Allemagne, le plus grand marché du livre après les États-Unis, la croissance est très forte, notamment du fait des tablettes, préférées aux lecteurs ebook. « En 2015, le marché de la tablette représentera près de la moitié de tout ce qui va acheter des livres numériques, contre un tiers au Royaume-Uni et en France. Le magasin Kindle a été lancé sur le marché durant le premier semestre 2011, bien que la demande des consommateurs en appareils et contenus soit restée jusqu'ici relativement faible, en partie du fait d'une sensibilisation moindre des clients. Cpendant, de fortes campagnes promotionnelles à venir au 4e trimestre, aideront à stimuler la demande et convertir le potentiel de ce marché en réels revenus. »