Margaret Atwood : internet, "un nouveau marché pour les auteurs"

Xavier S. Thomann - 24.04.2013

Edition - International - Los Angeles - Margaret Atwood - Raymond Chandler


Le LA Times Festival of Books vient de se terminer. Margaret Atwood était présente lors de cette manifestation et elle en profité pour accorder une interview au journaliste David Ulin. En quelques minutes, elle évoque la dimension littéraire de la cité des Anges, mais aussi son rapport au numérique. 

 

Margaret Atwood auf dem Blauen Sofa

Das blaue Sofa, CC BY 2.0

 

 

La vidéo est disponible sur le site du quotidien, mais ce n'est pas une raison pour ne pas revenir sur les propos de l'écrivain canadien, qui a aujourd'hui 73. Elle est pourtant loin d'être dépassée par le monde moderne. En témoigne le feuilleton qu'elle écrit au fur et à mesure pour la plateforme de lecture Byliner. 

 

À ce propos, elle a rappelé l'un des aspects les plus intéressants d'un roman qui paraît en feuilleton, à savoir que l'écrivain peut être amené à modifier son histoire en cours de route. On commence le récit sans trop savoir comment on va le terminer. Et en plus, Internet permet de prendre en compte les remarques des lecteurs, quasiment en temps réel. 

 

À juste titre, elle a mis en avant le fait que cela « crée un nouveau marché pour les auteurs. »

 

Sinon, Margaret Atwood a insisté sur le rôle croissant de Los Angeles dans le paysage littéraire. Certes, la ville a ses auteurs classiques, comme Raymond Chandler, mais la scène littéraire pâtit de la concurrence de l'industrie cinématographique. 

 

Le festival du LA Times est le signe de temps nouveaux, où les livres ne sont plus seulement considérés comme pouvant faire l'objet d'adaptations sur grand écran. Los Angeles « a longtemps été conçue comme une ville de cinéma », « il n'y avait pas d'endroit à même de ressembler les lecteurs. » Tandis que maintenant, explique-t-elle, « les gens se rendent compte que c'est une ville du livre. » 

 

Enfin, signalons que lors du festival, elle a reçu le Innovators Prize et qu'elle a fait une conférence pour les personnes présentes. 

 

(via le LA Times