Marie Montpetit à la Culture : “la tâche risque fort de se révéler délicate”

Cécile Mazin - 12.10.2017

Edition - International - ministre culture québec - Marie Montpetit culture - Marie Montpetit ministre


Avec neuf nouveaux venus, et neuf ministres dont les fonctions sont modifiées, le remaniement ministériel au Québec vient de sévir. Et le député de Sherbrooke, Luc Fortin, qui occupait précédemment le poste de la Culture et des Communications, va désormais glisser vers le ministère de la Famille. 



Marie Monpetit - DR

 

Le député de l’Estrie sera appelé à de nouvelles fonctions, après un peu plus d’une année à la tête de la Culture. « Le Premier ministre avait toute la latitude pour nommer ses ministres. En même temps, il a bien vu ce qu’était ma situation familiale et il sait l’importance que j’accorde aux valeurs familiales », explique-t-il.

 

Père de trois, déjà, et quatre, bientôt, bambins, Luc Fortin assure qu’il consacrera, malgré sa charge, toute une journée à sa famille par semaine. Gloire à lui, gloire à Luc. Le ministère de la Famille représente toutefois le 3e plus important budget au Québec.

 

Pour le remplacement, c’est à Marie Montpetit qu’il conviendra de prendre le flambeau. Députée de Crémazie (Maurice-Richard) & Adjointe parlementaire du ministre de la Santé et des Services sociaux, elle a d’ores et déjà commencé le travail.

 

 

 

« Heureux du travail accompli au ministère de la Culture et des Communications du Québec depuis février 2016. La culture est entre de bonnes mains avec Marie Montpetit », a commenté Luc Fortin. « Ma passion pour la culture québécoise, ses artisans, notre patrimoine et notre langue française façonnera mon mandat », assure-t-elle.

Prochainement, s'ouvrira le Salon du livre de Montréal, du 15 au 20 novembre : l'occasion idéale pour plonger dans le dossier du livre.


Vivement qu'on y retourne...


L’Union des écrivaines et écrivains du Québec, a évidemment salué l’arrivée de la nouvelle ministre, tout en déplorer que son prédécesseur n’ait à abandonner aussi rapidement son poste. Mais surtout, « après avoir mené pendant un an des consultations auprès du milieu culturel et sans avoir eu le temps de déposer le plan d’action de sa nouvelle Politique ». 

 

Québec : avec le rachat de Prologue, Renaud-Bray inquiète les librairies
 

Rappelons en effet que, ministre, Luc Fortin avait même formé un comité de travail, regroupant la majorité des associations culturelles, qui s’est réunie à quatre reprises. Et doit encore se retrouver. Proche de ces dossiers, le départ de Fortin complique les choses pour Marie Montpetit, « dont la tâche risque fort de se révéler délicate », note l’UNEQ.

 

Et de souligner que « le gouvernement accorde bien peu d’importance à la continuité dont a besoin le milieu culturel alors que celui-ci, à sa demande, a dépensé temps et énergie en toute bonne foi et avec compétence pour participer aux travaux qu’on réclamait de lui dans un contexte où les créateurs voient leurs droits de plus en plus érodés ». 

 

Manifeste pour la culture : de nouvelles politiques réclamées au Canada
 

Les auteurs attendent donc que l’échéance de décembre soit respectée, « afin que le milieu culturel puisse se prononcer sur ce projet que les créateurs et les artistes attendent déjà depuis trop longtemps ». Définitivement, le salon de Montréal donnera lieu à d'intéressants échanges...