Marie N'Diaye : que Frédéric Mitterrand en finisse avec Raoult

Clément Solym - 11.11.2009

Edition - Société - NDiaye - Mitterrand - Raoult


La polémique lancée - autant que les ventes futures de Trois femmes puissantes, le roman de Marie N'Diaye qui aura obtenu le Goncourt - par le député UMP Éric Raoult s'achèvera bien devant le ministre de la Culture qui n'en demandait probablement pas tant, mais se fera un plaisir de répondre.


Bref rappel des faits. Le député, indigné par les propos de la romancière au sujet d'une « France monstrueuse » et d'un président qu'elle ne porte pas dans son coeur, réclame son avis à la rue de Valois, prétextant un imaginaire « devoir de réserve », qui met le feu aux poudres.

Pivot, les Goncourt et le PS chargent, N'Diaye en retrait

D'un côté, Bernard Pivot tente de raisonner le malheureux, de même que ses camarades de jeu de l'Académie Goncourt interviennent pour tenter de lui faire entendre raison. Le Goncour, ce n'est pas Miss France et un écrivain, en France, doit pouvoir dire ce qu'il pense. Et puis Christian Paul, maire PS y va de son comentaire léger, évoquant bêtise partisane et une ignoble intimidation.

Entre temps, la douce Marie s'explique et cherche à apaiser les tensions : elle reconnaît que ses propos ont été excessifs, mais refuse surtout que l'on considère son départ à Berlin comme un exil politique. Pour autant, son mari, Jean-Yves Cendrey, pour qui le député Raoult venait de « faire trois tonneaux dans un champ de navets », envenimait quelque peu la situation.

« En août, elle avait déclaré qu'effectivement notre départ était pour une part motivé par le fait qu'elle trouvait ce gouvernement monstrueux et citait en particulier MM. Besson et Hortefeux, je ne peux qu'être d'accord avec elle », explique-t-il à l'AFP.

Que le ministre en finisse

Mais désormais, afin d'en finir avec cette histoire, qu'elle trouve « d'un ridicule, d'un grotesque achevé », Marie N'Diaye en appelle réellement au ministre, dans un message de lassitude, presque : « J'aimerais beaucoup que Frédéric Mitterrand intervienne dans cette histoire puisque c'est à lui que M. Raoult s'est adressé, et nous donne son avis sur le devoir de réserve des Prix Goncourt et même tout simplement des écrivains », explique-t-elle sur France Info.

Et d'ajouter : « Ce serait bien, qu'il nous donne son avis et mette un point final à cette affaire, qui est quand même assez simple. » Rue de Valois, on indique que, puisque le député a formulé une question par écrit, il lui sera répondu de même...

Pris à la gorge, Frédéric Mitterrand n'a plus vraiment d'alternatives... Ce sera peut-être la seul intervention de la majorité dans cette affaire d'ailleurs...

Jour férie oblige, impossible de contacter l'éditeur, Gallimard.