Mariée, deux enfants : étouffer à 42 ans d'une vie trop normale

Victor De Sepausy - 28.07.2020

Edition - Les maisons - Dulce Maria Cardoso - Eliete vie normale - Chandeigne


AVANT-PARUTION – Eliete, 42 ans, mariée, deux enfants, « moyenne en tout », étouffe dans son rôle de femme et de mère dévouée et délaissée. Animée de mille questions et d’un manque d’auto-estime, elle voit sa vie basculer peu à peu quand sa grand-mère bien-aimée se met à perdre la tête. 



Comment vivre sa vie de femme quand on se rend bien compte que ceux qui nous sont apparemment les plus proches nous deviennent étrangers, tandis que des inconnus se bousculent aux portes de nos réseaux sociaux pour de furtifs moments charnels ? Comment vivre sa vie de femme quand la vie normale nous étouffe, nous écrase et nous mine ? Quand la maladie d’un proche attise notre souci du temps et de la mémoire, et remet insidieusement tout en question ? 

Dans Eliete, la vie normale, Dulce Maria Cardoso brosse le portrait d’une femme tiraillée entre les fantômes du passé, les affres du présent et les incertitudes d’un futur apparemment tracé, mais peut-être bien à (re)construire. 
Le portrait d’une génération née après la Révolution du 25 avril ayant grandi dans l’abondance des fonds com- munautaires puis vécu de plein fouet la grande crise qu’a traversée le Portugal après 2008. 

Une génération désireuse d’oublier le passé, mais hantée par le fantôme du dictateur. À l’image de la structure du texte qui s’ouvre et se referme avec la figure de Salazar, figure autoritaire ayant profondément marqué les esprits. Une génération qui s’inscrit malgré ce poids dans une course effrénée vers la société actuelle — une société qui délaisse ses aïeux et fait fi du temps et de l’espace réels pour mener une vie parallèle via les réseaux sociaux et autres virtualités dévorantes. 

Dulce Maria Cardoso est née en 1964 au Portugal. Elle passe son enfance à Luanda, ville qu’elle a dû quitter après la déclaration d’indépendance et le début de la guerre civile en 1975. 

En voici d’ailleurs un extrait, lu par l’autrice en portugais, et sous-titré en français : le meilleur des deux mondes.



[à paraître 24/09] Dulce Maria Cardoso, trad. Élodie Dupeau – Eliete, la vie normale – Chandeigne – 9782367321950 – 22 €

Dossier - Les romans de la rentrée littéraire : 2020, l'année inédite


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.