Mario Vargas Llosa : corruption et développement économique au Pérou

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 11.09.2013

Entre Lima et Piura, deux villes péruviennes, le coeur de Mario Vargas Llosa balance. Et c'est dans ces cités, situées au nord-ouest du pays que se déroule l'intrigue de son dernier ouvrage, El héroe discreto. Sur fond de développement économique, et de la croissance qu'a pu connaître le Pérou, ce sont deux histoires que Vargas Llosa aborde.

 

 

11.04.17  Macri da la bienvenida al Premio Nobel de Literatura Mario Vargas Llosa

Vargas Llosa, air grave à la remise du prix Nobel

Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, CC BY 2.0

 

 

La première est celle d'un petit commerçant de Piura, Felicito Yanaqué, qui se fait littéralement extorquer et en parallèle, celle d'Ismael Carrera, puissant homme d'affaires, vivant dans la capitale, Lima : il va ourdir une funeste vengeance contre les deux fils qui ont cherché à l'assassiner. 

 

Au travers de ces deux hommes, c'est un Pérou prospère que Vargas Llosa dépeint, certes. Il évoque aussi les classes moyennes émergentes, confrontées à idées problèmes tels que la corruption et la criminalité. Au cours d'une conférence de presse, il explique que l'un des thèmes « est précisément les conséquences négatives de ce développement ». 

 

La croissance économique, dans presque tous les cas, entraîne une recrudescence de la mafia, et de la délinquance - donc du chantage et de l'extorsion, la protection obligatoire et payante, sous peine de voir son commerce saccagé ou détruit.

 

Corruption, mafia, les cancers qui minent la société

 

La corruption, le problème majeur de l'Amérique latine, note Vargas Llosa. Et face à elle, les convictions des gens honnêtes sont malmenées : il faut s'accrocher solidement à ses idéaux pour ne pas tomber. Une corruption qui est bien entendu liée au trafic de drogues « et une attitude méprisante vis-à-vis de la loi ». Chose qui propage un certain cynisme au sein de la population, et conduit à une légitimité de la mafia.

 

L'organisation devient alors « le cancer qui mine les institutions », souligne-t-il. « Je suis bien conscient qu'au sein de la classe politique, il y a beaucoup de corruption, une grande médiocrité et nombre de bêtises. » Il est essentiel alors que les gens sachent qu'il existe des sanctions contre les criminels, et que ces derniers doivent être sévèrement punis en conséquence. « C'est absolument fondamental, car sans cela, le système est affaibli, et peut paraître cautionner les crimes, même les plus monstrueux. »

 

La mauvaise image des politiques doit être combattue : « Si nous voulons des politiciens honnêtes, plus brillants et créatifs », alors il importe que les gens eux-mêmes changent et se montrent plus vertueux. « Les sociétés ont les politiques qu'ils méritent. » Lui-même avait tenté, en 1990 de briguer le poste présidentiel, mais Alberto Fujimori avait battu le Nobel de littérature au cours des élections. 

 

« Comme tous mes précédents romans, il a été conçu sur la base d'expériences personnelles », précise Llosa. À 77 ans, quand il est revenu à Piura, sa ville natale, il lui était pourtant impossible de retrouver les images de cette cité déserte, ou presque, aujourd'hui remplies d'hôtels et de grandes avenues. 

 

Cependant, il maintient : « La meilleure des choses qui soit arrivée dans le monde, c'est la mondialisation qui a conduit à une lente disparition des frontières, au mélange des cultures et à des idiosyncrasies, et une coexistence dans la diversité. » Et pas question de défendre les nationalismes, qui ont conduit à faire « des millions et des millions de victimes » au fil de l'histoire. 

 

Surtout que ce nationalisme se réveille un peu partout dans le monde. « Le nationalisme, c'est le retour à la tribu », insiste-t-il, en référence à Karl Popper. « Hors de la tribu, on trouve le commencement du progrès. » Sauf que son appel ne disparaît jamais complètement, et dans certaines circonstances, il devient même un douloureux traumatisme. « Je me suis toujours battu contre le retour à la tribu, car c'est l'abdication de nos responsabilités. »

États-Unis : la Bible pourrait devenir un livre d’État

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 28.02.2017

Un projet de loi a été présenté visant à faire de la Bible le livre officiel de l’État de Virginie Occidentale. Porté par un certain Jeff Eldridge, appartenant à la Chambre des délégués de l’Etat, ce texte a reçu le soutien d’autres membres de cette instance décisionnaire, rapporte le Herald Dispatch.   Le projet de loi H.B. 2568 est donc à l’étude mais s’il aboutit, il engendrerait une modification du Code de Virginie Occidentale afin d’introduire une section qui acterait le statut de livre d’Etat à la Bible. Pour justifier la présentation de ce...

Le magazine Têtu fait son retour dans les kiosques

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 28.02.2017

Après plus d’un an d’absence le magazine Têtu revient dans les kiosques ce mardi 28 février 2017 dans une version totalement repensée. Née en 1995, cette publication qui cible la communauté homosexuelle avait fini par être placée en liquidation judiciaire en juillet 2015. Le numéro 213 s'offre avec une couverture présentant trois jeunes gens se serrant les mains dans une pose évoquant tout autant la solidarité que la détermination par le jeu des regards.     Au bas de la photo se trouve le slogan « A nous ! Vers de nouveaux horizons militants ». Le...

La poésie s’invite au cinéma parisien Les 3 Luxembourg

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 28.02.2017

Quelques jours après sa réouverture le cinéma parisien d’art et d’essai Les 3 Luxembourg (67, rue Monsieur Le Prince, 75006 Paris) vous invite à la découverte d’une programmation qui mêle la poésie et le septième art. Il s’agit d’un cycle trimestriel intitulé  « Le cinéma des poètes »,  construit en partenariat avec la collection du même nom nichée aux Nouvelles Éditions Jean-Michel Place et dirigée par Carole Aurouet, maître de conférences à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste de littérature du XXe et du...

Le loup et l'agneau : Waterstones déguise sa chaîne en librairie indépendante

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 27.02.2017

Intellectuellement, la démarche se comprend assez bien : si les consommateurs souhaitent de plus en plus trouver l’accueil d’une librairie indépendante, autant leur en donner la sensation. Le choix de la chaîne britannique Waterstones d’ouvrir des boutiques en marque blanche, sans logo, pose cependant problème.       Trois nouvelles boutiques ont en effet fleuri à Rye, Southwold et Harpenden. Pour le grand patron, James Daunt, il n’y a là aucune tromperie ni subterfuge. La création de trois librairies, rattachée à l’enseigne Waterstones, mais sans en...

Une exposition consacrée à la vie et à l'oeuvre de Sir Terry Pratchett

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 27.02.2017

Le prestigieux Salisbury Museum, au sud du Royaume-Uni, inaugurera en septembre 2017 une grande exposition consacrée à la vie et à l'œuvre de Sir Terry Pratchett. L'auteur du Disque-monde, mort le 12 mars 2015, aura ainsi droit à une première grande rétrospective sur sa carrière et ses créations.   © Copyright 2016 Paul Kidby     Le grand Pratchett, deux ans après sa disparition, aura droit à un hommage à la hauteur de son œuvre démesurée : le Salisbury Museum, les ayants droit de l'écrivain et l'illustrateur Paul Kidby ont mis sur pied une grande...

Pas d'Oscar pour Ma vie de Courgette, mais deux Césars

  • Partager sur Twitter

Clément Solym - 27.02.2017

Inspiré du livre de Gilles Paris, Autobiographie d’une courgette, le film d’animation Ma vie de Courgette, continue de rafler les récompenses. Après Francfort, Annecy et d’autres, c’est au cours de la cérémonie des César que la production a été saluée.       Ce sont les Césars du meilleur long-métrage d’animation et de la meilleure adaptation qui ont été remis à l’œuvre du réalisateur suisse Claude Barras.   Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa...

L’histoire de la gare du Nord racontée par un ancien cheminot

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 27.02.2017

Ancien cheminot, Patrick Cognasson vient de signer un ouvrage historique et très documenté sur la gare du Nord. Intitulé Histoire de la gare du Nord, au coeur de Paris, au carrefour de l’Europe (La Vie du Rail, 30 €), cet ouvrage nous ramène tout d’abord à la naissance de ce monument de la géographie parisienne.     Tout commence en 1846 mais l’établissement construit à cette époque se trouve rapidement sous-dimensionné et dès 1864 une nouvelle gare du Nord voit le jour, grâce au talentueux architecte Ignace Hittorf qui a déjà fait la place de la...

Le livre vert : offrir une seconde vie aux livres

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 27.02.2017

Établie à Bordeaux, Le livre vert est une jeune entreprise qui a choisi de travailler à donner une seconde vie aux livres. Cette structure récupère tous les ouvrages dont on souhaite se débarrasser et les revend sur Internet, pour une part, mais en fait aussi don à des associations ainsi qu’à des établissements pour personnes âgées. Les livres qui sont vraiment trop abimés entrent, eux, dans la filière du recyclage.     Il est aussi possible de laisser à cette entreprise les vieux CD, DVD et jeux de société dont on n’a plus l’utilité. Déjà quelques...

Najat Vallaud-Belkacem a pris le temps d’écrire son autobiographie

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 27.02.2017

Il est assez déconcertant de constater tout ce qu’un ministre peut avoir le temps de faire alors même qu’on pense toujours que l’agenda d’un ministre est, par définition, comme le souligne l’expression, très chargé. Pourtant, cela n’a pas empêché la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, d’écrire son autobiographie qui vient de sortir sous le titre La vie a plus d'imagination que toi (Grasset, 180 pages, 17 €).     L’ouvrage qui comporte sur sa couverture la mignonne petite bouille de Najat enfant n’arrive certainement pas...

Le meurtrier de l'auteure Helen Bailey condamné

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 23.02.2017

Helen Bailey, auteure britannique de récits pour enfants et adolescents, avait disparu en avril 2016 : quelques mois plus tard, son corps était retrouvé dans le jardin de sa propriété. Le premier suspect dans cette affaire de meurtre, son mari Ian Stewart, a été condamné à la prison à perpétuité, avec une période de sûreté de 34 ans.   Helen Bailey et son mari Ian Stewart     Le juge Andrew Bright a prononcé la sentence : Ian Stewart écope d'une peine de prison à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 34 ans, pour le meurtre d'Helen...