Mario Vargas Llosa : corruption et développement économique au Pérou

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 11.09.2013

Entre Lima et Piura, deux villes péruviennes, le coeur de Mario Vargas Llosa balance. Et c'est dans ces cités, situées au nord-ouest du pays que se déroule l'intrigue de son dernier ouvrage, El héroe discreto. Sur fond de développement économique, et de la croissance qu'a pu connaître le Pérou, ce sont deux histoires que Vargas Llosa aborde.

 

 

11.04.17  Macri da la bienvenida al Premio Nobel de Literatura Mario Vargas Llosa

Vargas Llosa, air grave à la remise du prix Nobel

Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires, CC BY 2.0

 

 

La première est celle d'un petit commerçant de Piura, Felicito Yanaqué, qui se fait littéralement extorquer et en parallèle, celle d'Ismael Carrera, puissant homme d'affaires, vivant dans la capitale, Lima : il va ourdir une funeste vengeance contre les deux fils qui ont cherché à l'assassiner. 

 

Au travers de ces deux hommes, c'est un Pérou prospère que Vargas Llosa dépeint, certes. Il évoque aussi les classes moyennes émergentes, confrontées à idées problèmes tels que la corruption et la criminalité. Au cours d'une conférence de presse, il explique que l'un des thèmes « est précisément les conséquences négatives de ce développement ». 

 

La croissance économique, dans presque tous les cas, entraîne une recrudescence de la mafia, et de la délinquance - donc du chantage et de l'extorsion, la protection obligatoire et payante, sous peine de voir son commerce saccagé ou détruit.

 

Corruption, mafia, les cancers qui minent la société

 

La corruption, le problème majeur de l'Amérique latine, note Vargas Llosa. Et face à elle, les convictions des gens honnêtes sont malmenées : il faut s'accrocher solidement à ses idéaux pour ne pas tomber. Une corruption qui est bien entendu liée au trafic de drogues « et une attitude méprisante vis-à-vis de la loi ». Chose qui propage un certain cynisme au sein de la population, et conduit à une légitimité de la mafia.

 

L'organisation devient alors « le cancer qui mine les institutions », souligne-t-il. « Je suis bien conscient qu'au sein de la classe politique, il y a beaucoup de corruption, une grande médiocrité et nombre de bêtises. » Il est essentiel alors que les gens sachent qu'il existe des sanctions contre les criminels, et que ces derniers doivent être sévèrement punis en conséquence. « C'est absolument fondamental, car sans cela, le système est affaibli, et peut paraître cautionner les crimes, même les plus monstrueux. »

 

La mauvaise image des politiques doit être combattue : « Si nous voulons des politiciens honnêtes, plus brillants et créatifs », alors il importe que les gens eux-mêmes changent et se montrent plus vertueux. « Les sociétés ont les politiques qu'ils méritent. » Lui-même avait tenté, en 1990 de briguer le poste présidentiel, mais Alberto Fujimori avait battu le Nobel de littérature au cours des élections. 

 

« Comme tous mes précédents romans, il a été conçu sur la base d'expériences personnelles », précise Llosa. À 77 ans, quand il est revenu à Piura, sa ville natale, il lui était pourtant impossible de retrouver les images de cette cité déserte, ou presque, aujourd'hui remplies d'hôtels et de grandes avenues. 

 

Cependant, il maintient : « La meilleure des choses qui soit arrivée dans le monde, c'est la mondialisation qui a conduit à une lente disparition des frontières, au mélange des cultures et à des idiosyncrasies, et une coexistence dans la diversité. » Et pas question de défendre les nationalismes, qui ont conduit à faire « des millions et des millions de victimes » au fil de l'histoire. 

 

Surtout que ce nationalisme se réveille un peu partout dans le monde. « Le nationalisme, c'est le retour à la tribu », insiste-t-il, en référence à Karl Popper. « Hors de la tribu, on trouve le commencement du progrès. » Sauf que son appel ne disparaît jamais complètement, et dans certaines circonstances, il devient même un douloureux traumatisme. « Je me suis toujours battu contre le retour à la tribu, car c'est l'abdication de nos responsabilités. »

Australie : modifiée, la loi sur le Copyright fait exploser les ressources numériques

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 18.08.2017

Survenue en 2016, la modification de la loi sur le Copyright en Australie a eu des effets pour le moins inattendus. C’est en effet par un message de la National Library of Australia que l’on en mesure la portée. Suite aux changements apportés, l’établissement national a constaté une expansion exponentielle de son catalogue d’ebooks. Ryan Wick, CC BY 2.0     La NLA est désormais habilitée à collecter les parutions électroniques, en vertu des dispositions liées au dépôt légal, que la loi sur le Copyright encadrait jusqu’alors. « En conséquence, les...

Avec la Foire de Francfort, les éditeurs chinois s’ouvrent au monde

  • Partager sur Twitter

Bouder Robin - 14.08.2017

Le groupe China South Publishing & Media Group (CNS) vient d’acquérir une part minoritaire dans la plateforme de droits internationaux IPR License. Un investissement qui promet de beaux jours au groupe d’édition, qui permet ce faisant à la Chine et à ses éditeurs de rattraper leur retard sur le reste du monde sur le marché de l'achat/vente de licences.   Daderot (Public Domain)     Ces 10 dernières années, CNS, plus grand éditeur du pays, a tâché de mener la transition du papier au numérique dans le monde de l’édition chinoise. Ce nouveau contrat...

Charles Dickens ou l'apostrophe qui coûte 1200 £ au contribuable

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 11.08.2017

Dans la série « effort de moralisation de la vie politique », un conseil municipal irlandais vient de faire fort. Au cours du moins de juillet, une série d’événements autour de Charles Dickens était prévue. Mais une apostrophe a suspendu les festivités... et contraint l’administration à passer à la caisse.      Une grande et belle affiche réalisée pour l’occasion annonçant le programme autour du livre Great Expectations (Les Grandes Espérances) alertait toute la population d’Armagh, Banbridge et Craigavon – villes d’Irlande du...

Disney s'émancipe de Netflix, avec Marvel dans ses bagages

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 09.08.2017

La multinationale Disney a annoncé la reprise de son indépendance vis-à-vis de la plateforme de streaming Netflix, avec l'intention de proposer prochainement sa propre plateforme pour les films Disney. Si la collaboration entre Disney et Netflix se poursuit jusqu'à la fin de l'année 2019, a priori, cela signifie aussi, à terme, le départ des contenus Star Wars et Marvel. (Brian Cantoni, CC BY 2.0)   Le streaming, ce sera désormais en famille chez Disney : après le retrait des films Pixar de la plateforme, qui met fin à une année d'exclusivité auprès de Netflix,...

Loups-garous et fin du monde : Neil Gaiman revient en comics

  • Partager sur Twitter

Bouder Robin - 09.08.2017

Avec son auteur de fantasy fétiche, Dark Horse Comics tient le bon filon. Après avoir publié plusieurs comics tirés d'histoires de Neil Gaiman, l'éditeur remet ça avec une édition collector de Only the End of the World Again. Au programme : fin du monde, loups-garous, de l'aventure et du loufoque.   Only the End of the World Again, adapté de Neil Gaiman par P. Craig Russell et Troy Nixey, Dark Horse Comics   Une histoire fantastique sur fond d'apocalypse... Pas de doute, c'est bien du Neil Gaiman. L'un des auteurs de fantasy les plus cotés du moment, dont le...

Anne-Élisabeth Crédeville reste vice-présidente du CSPLA

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 09.08.2017

Pas de changement : Anne-Élisabeth Crédeville, conseiller à la Cour de cassation, membre de l'Hadopi, reste vice-présidente du Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique, annonce un arrêté publié au JORF n°0185 du 9 août 2017. Elle occupe ce poste depuis 2010. (photo d'illustration, CC BY SA 2.0) L'arrêté daté du 1er août dernier précise :   Par arrêté de la garde des sceaux, ministre de la justice, et de la ministre de la culture en date du 1er août 2017, Mme Crédeville (Anne-Elisabeth), conseiller honoraire à la Cour de...

Le manga Minuscule, de Takuto Kashiki, adapté en anime

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 07.08.2017

La maison d'édition Kadokawa, dont la filiale Enterbrain publie la version originale du manga Minuscule de Takuto Kashiki, a annoncé l'adaptation du titre en anime. Publiés entre 2013 et 2017 au Japon, les 5 volumes de Minuscule sont publiés par les éditions Komikku en France.       D'après Adala News, qui rapporte l'information, Hakumei to Mikochi, le titre original de Minuscule, sera adapté en anime par le studio Lerche (Classroom of the Elite, Assassination Classroom, Magical Girl Raising Project). Aucune autre information n'a été communiquée par...

Deux journées d'étude pour penser les bibliothécaires de demain

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 07.08.2017

Le Comité français international bibliothèques et documentation (CFIBD) et le groupe Nouveaux professionnels de l’IFLA, la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques, organisent deux journées d'étude, les 11 et 12 janvier 2018, à Paris et Lyon, pour mener une réflexion sur l'avenir du métier de bibliothécaire. (photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)   Cet événement s'adresse particulièrement aux nouveaux bibliothécaires, qui viennent tout juste de faire leur entrée dans le métier : l'objectif de ces deux...

Sécurité : les aéroports américains, des rayons X à la crise de zèle

  • Partager sur Twitter

Victor De Sepausy - 04.08.2017

La très sérieuse et scrupuleuse TSA, pour Transportation Security Administration, vient de clarifier les règles de sécurité. Si vous vous apprêtez à partir par voie aérienne, alors cela peut s’avérer utile. Pour les bagages à main, tout ce qui relève de l’électronique devra être sorti et passé aux rayons X...     « Pour assurer la sécurité des passages, les compagnies aériennes et les aéroports du pays, la TSA met en œuvre de nouvelles procédures de surveillance, plus rigoureuse, pour les appareils portables », explique...

L'écrivain, comédien et metteur en scène Éric Nonn est décédé

  • Partager sur Twitter

Antoine Oury - 27.07.2017

L'écrivain, comédien et metteur en scène Éric Nonn est mort le 22 juillet à l'âge de 70 ans, signale la maison d'édition Actes Sud, qui avait publié un certain nombre de ses livres. Né en 1947, il s'était d'abord formé et consacré à la mise en scène et à la comédie, avant d'écrire et de publier à partir du début des années 1980.   (via eric-nonn.com) Metteur en scène, Éric Nonn avait notamment fait jouer Paco Ibanez et Anna Alvaro dans Yerma (1979), ou encore Rufus et Michèle Oppenot dans Caligula (1978). Lui-même comédien, Éric Nonn s'était...