Marseille capitale de la Culture 2013 : un sacré poème

Clément Solym - 25.02.2011

Edition - Economie - marseille - poésie - budget


Marseille-Provence, capitale européenne de la Culture pour 2013, tout cela est bel et bon, non ? Évidemment. Parce que, dixit le site, « des centaines de manifestations culturelles et artistiques animeront tout le territoire de la Provence de Martigues à La Ciotat en passant par Istres, Arles, Salon de Provence, Aix-en-Provence, Gardanne, Aubagne… et bien entendu à Marseille ».

Bel et bon certes. Mais depuis hier que l'on a pu découvrir les projets et politiques qui seront mis en place par la ville - au travers d'un ambitieux programme de 800 millions € - un acteur de la littérature local fait entendre un autre son de cloche.


Centre de la vieille Charité, siège du cipM

En effet, le centre international de poésie Marseille explique que depuis 1996, son budget a été rogné en permanence. Ce fut d'abord une coupure de 35.000 € entre 96 et 2008, puis 10.000 € de moins l'an passé et enfin, 30.000 € de budget coupé pour l'année 2011. Marseille, capitale culturelle, certes, mais à quel prix ?

250 millions € pour le stade de l'OM...

Emmanuel Ponsart, directeur du cipM ne comprend pas : « Cette décision de la mairie nous a été notifiée par email, sans aucune justification. Mais je n'ai pas l'impression d'avoir démérité, depuis la création du Centre - à l'initiative de la ville, en 1990. Entre temps, nous avons créé une revue de 300 pages, organisé des événements internationaux, ouvert un site internet... avec un budget qui n'a cessé de diminuer. »

Doté d'une bibliothèque de 50.000 ouvrages et en discussion avec la BnF pour devenir un pôle associé autour de la poésie, le cipM se sentirait presque indésirable.

« Peut-être que la poésie n'intéresse pas Daniel Hermann, l'adjoint à la culture de Marseille. Mais dans ce cas, il faudrait qu'on me le dise, j'irai chercher une autre ville. À côté du football, nous ne pesons pas lourd. Mais enfin 250 millions € ont été investis dans le stade de football de la ville pour que les joueurs et les spectateurs ne soient pas mouillés quand il pleut, ce qui arrive trois fois l'an. Cela n'aide pas. On nous prive de 30.000 € quand c'est tout une génération de Marseillais qui va rembourser ce stade. »

Drôle de poème qu'on vous récite

Aujourd'hui, une seule solution : le rapport de force. Ou peut-être un nouveau rendez-vous avec l'adjoint à la culture. Mais le contexte culturel d'une Marseille europénne semble assez peu tourné vers la culture locale depuis plusieurs mois.

André-Pierre Syren conservateur de la bibliothèque municipale de Metz et président de l’Association des directeurs des bibliothèques municipales et intercommunales des grandes villes de France (ADBGV), avait fait part de ses inquiétudes, après que Gilles Eboli a démissionné de ses fonctions de directeur de la bibliothèque municipale de la ville. « Ce genre de poste est de plus en plus instable. Les bibliothèques ont besoin de professionnel qualifié pour fonctionner. Or, ils sont souvent remplacés par du personnel administratif ou des agents de niveau inférieur ». (notre actualitté)

Ou peut-être faut-il regarder la mairie comme une entité un peu dictatoriale, elle qui avait interdit que Leila Shahid, invitée dans le cadre de la journée d'étude sur Jean Genet, intervienne à l'École d'art. Une journée, étrangement, co-organisée avec le cipM.

« Avec un budget de 230.000 €, la situation est simple pour nous. Soit il nous faudra supprimer un poste au cipM, soit supprimer un tiers des événements que nous avions prévu pour cette année. »

Dont acte...

Mais on peut aussi écouter l'émission de France Culture sur le sujet.



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.