medias

Mauvais écho pour l'appel aux dons de livres pour La France à Francfort

Cécile Mazin - 07.07.2017

Edition - International - appel dons livers - France Francfort Biblionef - institut français Afrique


Dans le cadre de l’événement Francfort en français, le Syndicat national de l’édition se fait l’écho d’un partenariat signé entre l’Istitut français et l’ONG Biblionef. Les acteurs profitent ainsi de l’occasion pour lancer un appel aux dons de livres, qui n’enchante pas vraiment l’Alliance internationale des éditeurs indépendants.


La France à Francfort
Paul de Sinety, commissaire général de La France à Francfort, Bruno Fauchet, président de l'institut français et Anne Tallineau, Directrice générale déléguée de l'institut Français - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Dans le cadre du partenariat signé, Biblionef va en effet prêter « 30 000 ouvrages neufs, issus de son fonds et choisis pour la scénographie du Pavillon de la France, invitée d’honneur, afin de créer La Bibliothèque Éphémère ». 

 

Mais pour compléter cette présentation, déjà alimentée par les dons des plusieurs maisons, les acteurs sollicitent le concours de chacun – et l’occurrence, d’autres éditeurs. Vincent Montagne, président du SNE se joint alors à l’appel lancé pour que les éditeurs membres s’engagent et fournissent « entre 5 et 40 exemplaires » de leurs ouvrages.

 

Et d’inviter à se rapprocher des distributeurs pour que les envois soient directement effectués auprès de Biblionef.

 

« Biblionef, au titre de son partenariat avec l’Institut français, assurera par délégation l’entière responsabilité de la mise en place de cette Bibliothèque Éphémère. Aussi, pour des questions d’organisation, les délais étant contraints, nous vous saurions gré de communiquer à Dominique Pace, directrice générale de Biblionef et à son équipe, la liste détaillée des ouvrages que vous accepteriez de nous procurer, pour le lundi 24 juillet au plus tard. »

 

Les ouvrages, une fois la Foire du livre de Francfort achevée, « poursuivront leur vie ailleurs, aux quatre coins du monde, entre les mains de tous ceux qui sont en attente de culture, de connaissances, de rêves ».

 

Ils serviront ainsi à des « projets ciblés de création et d’équipement de bibliothèques scolaires et publiques, des actions de prévention de l’illettrisme et de promotion de la langue française, Biblionef répond depuis 25 ans à l’urgence de l’essentiel, dans 100 pays, sur tous les continents et à hauteur de 150 000 livres chaque année ». (l’appel est en fin d’article)

 

Rapidement, l’Alliance internationale des éditeurs indépendants a réagi, considérant que l’appel et le don de livres ont des répercussions « pour la chaîne du livre en Afrique francophone notamment ».
 

5000 livres offerts à la Côte d'Ivoire : ne pas “fragiliser l’écosystème local”


Et de souligner : « Alors que de nombreux éditeurs d'Afrique francophone seront présents à la Foire de Francfort en octobre prochain, nous invitons à un dialogue sur les alternatives possibles aux dons de livres (partenariats éditoriaux, bibliobraderies...). Voir sur le site de l’Alliance les ressources disponibles dans l'Observatoire de la bibliodiversité (Repenser le don de livres ») et notamment le communiqué publié récemment par l'Alliance et l'AILF à ce sujet. »