McDonald's : le Happy Meal, acteur littéraire pour génération Y

Clément Solym - 11.01.2012

Edition - International - McDonald's - HarperCollins - Michael Morpurgo


Pour un Happy Meal acheté, un livre de Michael Morpurgo offert. Ce pourrait être un slogan d'une campagne de publicité pour l'écrivain à succès spécialisé dans la littérature pour enfant, mais non c'est la dernière méthode en date pour relancer la lecture au Royaume-Uni.


La chaîne de restauration lente aux produits diététiques Mac Donald's et HarperCollins, la maison d'édition de Michael Morpurgo, se sont entendues pour faire distribuer les livres de l'auteur à chaque enfant qui achète le menu spécial « kid », le Happy Meal.

 

D'ordinaire ce sont des jouets qui sont distribués avec le Happy Meal, et quels jouets ! Chaque superhéros ou Pokémon a eu son heure de gloire dans la petite boîte de la franchise marquée du M. Mais cette fois, sous la pression du National Literacy Trust, Ronald a fait en sorte que la firme y enlève Sangoku pour y placer un livre.

 

Bientôt dans vos Happy Meal

 

Mais le plus impressionnant reste les chiffres qui entourent cette opération. Des études récentes ont démontré que huit familles britanniques sur dix vont au Mac Donald's et qu'un enfant britannique sur trois n'avait pas de livre. Surout, ce seront au total près de neuf millions de livres qui seront édités et distribués en Grande-Bretagne entre demain et le 7 février.

 

On peut donc décemment imaginer que les livres Michael Morpurgo vont inonder les chaumières britanniques en moins d'un mois. Redoutable stratégie marketing qui ne porte pas son nom.

 

Mais d'un côté à l'autre, on se frotte les mains. La directrice de l'organisme du gouvernement chargé de solutionner le problème de la lecture chez les jeunes en Grande-Bretagne, Viv Bird est, quoi qu'il arrive, très optimiste au sujet du partenariat : « Il y a un vrai challenge culturel autour de la lecture ». Ajoutant, « Ce partenariat entre McDonald's et HarperCollins envoie un message très fort que la lecture est accessible à tous ».

 

La lecture est peut-être accessible à tous mais pas le Happy Meal. Le comté californien de Santa Clara a banni, oui banni, le Happy Meal de son territoire en 2010. Et pourquoi ? Parce que les cadeaux fournis avec ces repas agiraient comme des stimulants auprès des jeunes enfants, qui perçoivent ces cadeaux comme une récompense pour avoir mangé trop calorique, trop gras, trop salé etc. « Cette interdiction permet de casser le lien entre nourriture malsaine et récompense ».

 

Un partenariat pour favoriser la lecture, c'est toujours intéressant. Reste à faire attention à ne pas qu'il change de sens. Il ne manquerait plus que Michael Morpurgo favorise la consommation d'Happy Meal…