Médiation : recommander les livres les plus nuls de la bibliothèque

Clémence Chouvelon - 26.02.2015

Edition - Bibliothèques - Boston library BiblioCommons - bibliothèque recommandation - Bibliothécaires médiation


Le portail en ligne BiblioCommons de la Boston Public Library, qui permet aux clients de la bibliothèque de bénéficier d'avis d'autres membres et de conseils de lecture, a vu l'apparition d'un mot-clef singulier. « Awful library books » (« les livres horribles de la bibliothèque ») s'est hissé en tête des mots-clefs récemment utilisés sur le site. À l'origine de ces « non-recommandations de lecture », deux bibliothécaires désireuses de mettre en avant leur travail de médiation et de tri, le tout avec un peu d'humour.

 

 DSC_8133

(Joshua Ganderson, CC BY 2.0)

 

 

Un utilisateur, « Noluckboston », a utilisé BiblioCommons et le mot-clef « Awful library books » pour étiqueter 76 livres de la base de données de la bibliothèque de Boston. L'horrible mot-clef s'est ainsi glissé parmi d'autres plus classiques comme « contes », « romance » ou « suspens ». Ce n'est pourtant pas les goûts personnels de l'utilisateur qui l'ont poussé à montrer ainsi du doigt la bibliothèque pour posséder ces ouvrages. Ce dernier s'est contenté de se baser sur les recommandations un peu spéciales de Mary Kelly et Holly Hibner, deux bibliothécaires dans le Michigan qui ont lancé en 2009 le blog Awful Library Books, où elles présentent chaque semaine des livres insolites.

 

Loin d'être une démarche gratuite et simplement humoristique, elles s'expliquent : « Ce blog est une collection de livres que nous trouvons amusants et/ou discutables de garder dans les rayons des bibliothèques qui tentent de garder une collection récente et pertinente. » Comme elles le précisent sur leur blog, si leur travail de médiation est important, il dépend de celui du « désherbage », de tri.

 

« Désherber est une tâche importante dans la gestion d'une bibliothèque. La plupart des bibliothèques n'ont pas un espace illimité, et nous devons continuellement faire de la place pour de nouveaux ouvrages. Désherber nous permet de mener à bien nos véritables missions. [...] Nous collectons des informations et les transmettons. Nous aimons les livres autant que n'importe qui, et parfois, il faut faire des choix. »

 

Les établissements ne manquent pas de « livres horribles » qui prennent de la place en rayons, d'après les deux bibliothécaires. Parmi les livres les plus étonnants, Cats and Their Women une collection de photographies de femmes et de leurs chats ou The Eat-a-Bug Cookbook, un livre de recettes d'insectes. Des livres que la bibliothèque de Boston a en sa possession, d'où l'apparition sur leur site du mot-clef « Awful library books ».

 

« Tout bibliothécaire avec un tant soit peu d'humour connait ce blog » a déclaré Scots Colford, le responsable web de la Boston Public Library, qui ne se dit pas inquiet de la présence de ce mot-clef sur le site. Malgré les avis négatifs sur ces livres, la bibliothèque les conserve comme objets potentiels de recherche.   

 

De plus en plus de bibliothèques américaines proposent un service en ligne de recommandations à leurs lecteurs, via des outils comme le portail BiblioCommons. Grâce à ces derniers, les conseils de lecture semblent avoir gagné considérablement en pertinence. Plutôt que de proposer systématiquement tous les ouvrages d'un même auteur après un achat comme le fait Amazon, le site propose désormais des approfondissements par thèmes.