Meilleures ventes d'ebooks FNAC : Ex Aequo devance les grands éditeurs

Clément Solym - 15.11.2009

Edition - Economie - ventes - ebooks - FNAC


Nous avons eu par le passé le plaisir de vous présenter la nouvelle maison d'édition montée par Laurence Schwalm, Ex Aequo, éditrice militante et bien décidée à imposer son modèle : « Tous les livres sortiront en version numérique, sans DRM et bien sûr, à un prix moindre [NdR : que celui du papier]. Si on se fait un peu pirater, ce n'est pas très grave : au moins, l'oeuvre se diffuse. »

Aujourd'hui, il semble bien que les intentions de Laurence soient payantes, ou du moins que les chiffres lui donnent raison. Car sur la liste des meilleures ventes de livres numériques de la FNAC, elle retrouve Le trésor des abbesses, livre de Charlène Mauwis, vendu à 4 €, en deuxième place. Le livre est situé juste entre Autre-monde 2 de Maxime Chattam, chez Albin Michel (1er)  et Crève, l'écran publié chez Fayard (3e). De quoi faire rudement plaisir, d'une part, mais surtout mettre largement du baume au coeur. La suite de la liste alterne d'ailleurs entre les deux maisons citées. D'ailleurs, si le livre est en deuxième position dans les meilleures ventes de livres numériques, il est en première dans celles des policiers et thrillers.

La capture d'écran date de ce 15 novembre :


En se positionnant devant Fayard et Albin Michel pour les 10 premières meilleures ventes, Laurence estime que c'est sa stratégie qui paye : « Tous les ebooks au même prix, c'est à dire à 4 euros. Je pense qu'on peut l'annoncer, cela encouragera les petites maisons à publier de jeunes auteurs et à prendre quelques risques ». Une décision qui revient sur les premières estimations que nous avions évoquées, où Laurence envisageait de proposer les livres numériques entre 4 et 7 €.

Mais vendre un ebook à 4 €... Horreur, vont crier les défenseurs d'un livre numérique à un prix plus fort : non point, nous assure Laurence. « l'impact financier est très intéressant et me permet de financer des stocks. » Quant à l'auteure, elle « est ravie » de cette nouvelle. Et toujours avec prudence, car Ex Aequo ne s'est jamais prétendue une maison exclusivement une maison numérique, ni prônant la mort du papier, Laurence nous confie qu'elle espère désormais « que les ventes de livres papier vont suivre... » C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

Découvrir le site de la maison Ex Aequo