Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Mein Kampf se vend bien à Berck-sur-mer

Lauren Muyumba - 26.06.2013

Edition - Librairies - Mein Kampf - Ligue des droits de l'Homme - Berck-sur-mer


Dans la ville de Berk-sur-mer, dans le Nord-Pas-de-Calais, la Maison de la presse vend depuis trois ans le livre Mein Kampf d'Hitler. Pire, l'ouvrage se vend bien. Le responsable de la librairie Jean-Louis Cazier explique qu'il a commandé des exemplaires suite à la demande de clients. Ce qui ne sent pas très bon.

 

 

Alemanha - Nurembergue

Diego Cavichiolli Carbone_CC BY 2.0

 

 

L'avis de la section locale de la Ligue des droits de l'Homme est clair : « Ce n'est pas n'importe quel livre, c'est un livre de propagande, la pire qui soit. » Mein Kampf a été publié en France en1934 par les Nouvelles Editions Latines, condamnées pour collaboration à la Libération. Un communiqué du PCF -Front de gauche annonce que « L'heure est grave » et pointe du doigt la banalisation des idées d'extrême-droite.  

 

La Ligue des droits de l'Homme, le PCF et le Front de gauche ont fait entendre leur désaccord et leur inquiétude quant à la vente de l'ouvrage qui fait l'apologie du nazisme. Des questions morales se posent concernant la diffusion de l'ouvrage. Mais depuis le 11 juillet 1979, la loi française autorise sa distribution (pas sa réédition), à partir du moment où une préface met en garde le lecteur sur les idées racistes et de propagandes que contient le livre. La Maison de la presse a respecté ses conditions.

 

Mais paradoxe, la loi n'autorise pas de proférer un appel au meurtre. Or, l'idée d'extermination est clairement inscrite dans Mein Kampf. Même si la législation vis-à-vis de l'ouvrage varie selon les pays, le responsable de la librairie défend son droit et se protège derrière son statut : « Je suis dépositaire, ma seule responsabilité c'est de diffuser. Et malheureusement, ça se vend. »

 

La liberté d'expression et d'opinion propre à une démocratie est aussi mise en avant parmi les arguments : « Je ne partage pas le contenu de livre, c'est aux lecteurs, par leur éducation et leur esprit critique de se faire leur propre opinion ».  

 

La Cour d'appel de Paris a classé Mein Kampf dans la catégorie « ouvrages historiques ». Pour les historiens de la Shoah, il est préférable d'étudier ce livre, afin de pouvoir le critiquer, ne pas le banaliser ni le jeter aux oubliettes, au risque qu'il tombe secrètement et uniquement dans de mauvaises mains. 

 

À ce jour, seules les Nouvelle éditions Latines sont en mesure de le diffuser en France. D'ici au 1er janvier 2016, les éditeurs auront le droit de rééditer l'ouvrage, toujours accompagné, conformément à la loi, de l'avertissement de 8 pages.