medias

Même entrepôts fermés, Amazon vendra – préservatifs et biberons compris

Clément Solym - 17.04.2020

Edition - Economie - Amazon entrepôts fermés - livraison colis clients - Amazon Nanterre justice


« Show Must Go On », lance le directeur général d’Amazon France. La décision du tribunal judiciaire de Nanterre imposait au cybermarchand de réduire ses commandes aux produits de première nécessité. Mais la firme a fait mieux : dans une prise d’otage splendide, elle décide de fermer tous ses entrepôts en France. Une première mondiale, par ailleurs.


sasint CC 0
 

Frédéric Duval annonce donc que les 10.000 salariés d’Amazon sont placés en activité partielle, jusqu’au 21 avril. Et de dénoncer le jugement de Nanterre qui impose de ne livrer que « le médical, l’alimentaire et l’hygiène, tout en nous mettant en astreinte de payer un million d’euros par infraction constatée ». Or, conclut le patron, impossible de contrôler efficacement les commandes, pour être assuré de ne pas enfreindre le jugement. Under pressure, en somme !

Fort, parce qu’il est possible pour Amazon de surveiller le temps de trajet de ses employés dans les entrepôts pour optimiser leurs déplacements. Mais sélectionner des produits, et en rendre une partie indisponible sur la plateforme, non. Sur 250 millions de références, affirme-t-on, impossible de faire le tri. Impossible, en tout cas, de ne pas l’envisager, quand on dispose des outils d’Amazon.

Waiting for the Hammer to fall, certes, mais Amazon interjette logiquement appel de la décision, et durant tout le temps de la procédure, a minima, les entrepôts resteront clos. Une suspension, autant que ce sera nécessaire, donc, et qui ne sera résolue qu’avec l’avancée de la procédure d’appel. 

Or, si Amazon est fermé, le site et surtout sa marketplace resteront des plus actifs : We will rock you, promet Frédéric Duval. Tout simplement parce que les marchands tiers représentent autour de 60 % des produits vendus. Or, si certains passent par les solutions logistiques de l’entreprise, d’autres expédient les produits par eux-mêmes. 

D’ailleurs, ce sont bien elles, les TPE et PME, qui seront les plus durement touchées. L’activité qu’elles génèrent via Amazon ne pourra pas se poursuivre correctement. I want to break free, peut-être, mais il faudra patienter.
 

Biberon, préservatif, des produits d'hygiène ?


Et de tacler de nouveau l’ambiguïté de la décision de justice : « La définition de produits d’hygiène, par exemple, est extrêmement difficile. Est-ce qu’un biberon aujourd’hui est un produit d’hygiène ? Moi, je pense que oui, pour une maman ou un papa qui doit donner le biberon à un enfant. Mais est-ce que le juge pense que c’est un produit d’hygiène ? Je ne sais pas pour ce produit. Est-ce qu’un préservatif est un produit médical ? Je ne sais pas. »

Surtout, se défend-il, que « nos entrepôts sont propres et nos mesures de sécurité sont exemplaires. Nous avons appliqué l’ensemble des mesures demandées par les agences de sécurité sanitaire, et même au-delà pour bon nombre d’entre elles ». Les employés ont des masques, avec un stock suffisant pour tout le territoire. 

Il aligne les dispositions : « Nous avons mis en place toutes les mesures que demandent les agences sanitaires et nous avons été même au-delà. La distanciation sociale dans nos entrepôts est à deux mètres. Nous portons le masque. Nous faisons des contrôles de températures à l’entrée de nos centres de distribution tous les jours, et cela, en plus de tout ce que les agences sanitaires demandent. »

Pourtant, l’important, comme il l’assure, c’est qu’Amazon continuera de vendre. De même qu’au moment de la pénurie grandissante de livres, ce sont les fournisseurs du marketplace qui alimentaient la multinational en ouvrages d’occasion, de même, “Com Merce Goes On”, reprendrait-on avec Freddie Mercury.

« Nous avons deux moteurs pour ça : nos vendeurs tiers sur le site ainsi que notre réseau international qui continuera à alimenter les Français en produits dont ils ont besoin. » Définitivement, Amazon, It's a kind of magic...

via LSA, France Info, BFMTV


Commentaires
Il y a un vrai problème chez Amazon,(pour dire le moins!) et un vrai débat sur la vente des livres en France, qui ne date pas d'hier et qui ne se limite pas à Amazon: on excusera ces deux truismes mais enfin, la lecture de cet article de parti-pris oblige à ce rappel - et au passage, je regrette de voir Actualitté valider ce parti-pris quelque peu démago à l'intention des amoureux du livre que nous sommes tous. La victoire des syndicats plaignants est une victoire à la Pyrrhus: elle place tout le monde devant deux évidences embarrassantes pour tout le monde: 1. Amazon est devenu quasiment indispensable en milieu rural pour tout l'ensemble du commerce par correspondance, tous produits confondus et non pas seulement pour les livres. 2. La direction d'Amazon France joue habilement des inconvénients évidents pour les clients isolés en milieu rural de la fermeture (annoncée) de ses ventes, au motif du respect de la décision du Tribunal qui est _exécutive_ :et l'énormité des peines en cas de manquements dont le tribunal a voulu qu'elles soient exemplaires est contre-productive. Ces amendes énormes offrent à Amazon (1 M d'euros/fait constaté!) une justification douteuse et démagogique mais efficace à la fermeture (ou au transfert en zones frontalières) des commandes - et combine habilement en arrière-plan la menace d'une exportation de ses centres français - avec le chomage correspondant - ailleurs au sein de l'UE. O peut craindre que ce jugement n'aboutisse à une grande déconvenue en appel et surtout une fois de plus à une démonstration de faiblesse politique en France face à Amazon et/ou aux Gafa , les élus redoutant bien plus les conséquences électorales du chomage si Amazon s'en allait que les mauvaises conditions de travail proverbiales qui se voient moins et dont, depuis toujours, ils s'accommodent sans états d'âme...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.