medias

Même moins cher, 70 % des gens ne veulent pas du Kindle

Clément Solym - 28.06.2008

Edition - Justice - Kindle - achat - intérêt


Le cabinet Piper Jaffray & Co vient de conclure une étude menée sur 344 utilisateurs afin de déterminer le potentiel commercial du Kindle d'Amazon. Ces personnes, venues de différents pays ont répondu à un questionnaire sur Internet. Les éléments qui en ressortent intéresseront à plus d'un titre.

Car 71 % des personnes interrogées n'envisagent pas du tout l'achat d'une tablette de lecture. Hmm... À ce chiffre, ajoutons que 71 % autres n'achèteraient pas de lecteur même si l'on ôtait le facteur prix de l'équation. En clair, personne n'en veut, même s'ils coûtaient moins cher. Et même pour beaucoup moins cher, ils n'en veulent pas. Une information quelque peu contraire aux chiffres avancés par Amazon, concernant l'enthousiasme des lecteurs vis-à-vis des ebooks...

Et pourquoi, je vous prie ?

Les principales raisons mises en avant sont que la lecture avec ces objets n'a rien à voir avec la lecture d'un imprimé, et que le manque confort fait obstacle. On avance également les prix tant des contenus que du contenant ou encore une méconnaissance du sujet, mais surtout, tout le monde préfère emprunter un livre à des amis ou en bibliothèque.

Ainsi, l'étude conclut qu'Amazon a un énorme boulot de communication à réaliser, pour pointer les avantages de son Kindle et de la lecture numérique. De même, si le prix de l'objet en fait le moins cher du commerce, reste qu'il est tout de même trop élevé et freine par là même l'investissement. Une adoption massive ne serait possible qu'à condition de réduire considérablement les tarifs, tant du lecteur que des livres.

Enfin, Piper ajoute que si le Kindle est un avantage pour Amazon, le contenu n'est pas encore à la hauteur, et n'a pas atteint la masse critique pour exploser.