medias

Mémoires de Woody Allen : des employés protestent, chez Hachette

Antoine Oury - 06.03.2020

Edition - Les maisons - Hachette Woody Allen - memoires woody allen - hachette greve


Des dizaines d'employés du groupe Hachette, aux États-Unis, ont marqué leur désapprobation vis-à-vis de la publication des mémoires du réalisateur Woody Allen, annoncée pour le 7 avril prochain. Apropos of Nothing suscite la colère d'une partie du personnel de plusieurs maisons du groupe, qui juge que le livre ne respecte pas les victimes d'abus sexuels. Allen est en effet accusé par Dylan Farrow, sa fille adoptive, d'attouchements.

Photographie du débrayage publiée sur Twitter


La décision du groupe Hachette ne passe pas : le 3 mars dernier, la maison Grand Central Publishing annonçait la publication, le 7 avril prochain, des mémoires du réalisateur Woody Allen (en France, l'ouvrage est attendu pour le 29 avril aux éditions Stock). Dylan Farrow, fille adoptive de Woody Allen, a vivement critiqué la parution, tout comme Ronan Farrow, fils du réalisateur.

Tous deux estiment que la publication du livre démontre « un manque d’éthique et de compassion pour les victimes d’agressions sexuelles », selon l'expression de Ronan Farrow. Dylan Farrow, qui a accusé Woody Allen d'agression et d'attouchement, souligne par ailleurs que Hachette avait publié une enquête sur les victimes ignorées d'agresseurs sexuels, dans la foulée de l'affaire Weinstein, signée par Ronan Farrow lui-même.

Un manque de cohérence dans la ligne éditoriale, donc, que plusieurs employés du groupe Hachette semblent approuver : un débrayage a eu lieu ce jeudi 5 mars devant les bureaux de quelques maisons d'édition. Grand Central Publishing, Little, Brown, Basic, Hachette Books, Forever ou encore Orbit font partie des concernées, avec des rassemblements organisés à New York et à Boston.
 


« Nous manifestons notre solidarité avec Ronan Farrow, Dylan Farrow et ceux qui ont subi des agressions sexuelles », ont indiqué les employés dans un email envoyé automatiquement, rapporte Publishers Weekly. La maison Little, Brown est justement celle qui a publié le livre de Ronan Farrow, Catch and Kill, consacré aux victimes d'agresseurs sexuels jouissant d'une certaine protection par leur statut ou leur fortune, comme Harvey Weinstein.
 

« C'est ce qu'ils ont choisi de publier »


Interrogé par le New York Times, Michael Pietsch, PDG du groupe Hachette, a affirmé que le livre serait bel et bien publié. « Nous ne laisserons pas le programme éditorial de quiconque interférer avec celui d'une autre maison », a-t-il déclaré. « Grand Central Publishing est persuadé qu'un large public souhaite découvrir l'histoire de Woody Allen, racontée par Woody Allen. »

Assurant qu'il entend les inquiétudes et la colère des employés mobilisés, Pietsch a promis « une large discussion à un moment approprié ».
 
Dylan Farrow a remercié les manifestants, sur Twitter
 
 
Le débat autour de la publication des mémoires de Woody Allen rappelle un autre épisode dans l'histoire récente de l'édition américaine. En 2017, le groupe Simon & Schuster avait ainsi renoncé à la publication du livre Dangerous, de Milo Yiannopoulos, figure de l'extrême droite et auteur de diatribes racistes, sexistes et autres. 

Si les deux personnages ne sont guère comparables, la discussion autour des deux publications prend une tournure similaire : Simon & Schuster avait d'abord prétexté la liberté d'expression et de publication, avant de faire machine arrière au prétexte de propos tenus par Yiannopoulos plusieurs mois auparavant. La décision tardive du groupe avait été critiquée, mais moins que la volonté de porter l'ouvrage dans les librairies...



Commentaires
Le problème,c'est que la censure a toujours et toujours eu les meilleures raisons du monde !

Et le fait que Allen nie les charges pesant contre lui et qu'il n'a pas été jugé comme coupable semble passer à l'as.

On se dirige vers quoi au juste ?

On ne peut pas imaginer une autre sorte de «nouveau monde» ?

Tout ça fait froid dans le dos,désolé.
VENDREDI NOIR !

La censure a gagné...

Hachette (la filiale Grand Central Publishing) se couche ce vendredi soir,6 mars et renonce à publier les Mémoires de Allen.

S'il a de bons avocats,cela pourrait faire mal côté dédommagements...

Mais pour moi il n'y a pas lieu de se réjouir.
Pourquoi avoir un système judiciaire, puisqu'on a la rue? Pourquoi la vérité puisqu'on a la rumeur? Une armée inépuisable de justiciers bénévoles qui ne risquent pas d'être influencés par les faits. En plus, pas chers!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.