Menacer de mort un philosophe ? Six mois avec sursis et 150 €

Clément Solym - 19.06.2008

Edition - Société - philosophe - Coran - menace


Robert Redeker avait en effet était menacé de mort suite à un article en 2006 qu'il avait signé, et dans lequel il critiquait l'Islam. C'est le tribunal correctionnel qui a reconnu coupable de « menaces de mort matérialisées par écrit, images ou autres objets commis en raison de la race » un jeune Français originaire du Maroc.

Il écope ainsi de 6 mois de sursis, 750 € d'amendes, mais en plus 150 € de dommages et intérêts. Alors que le parquet réclamait 1.000 € et 8 mois de sursis, le coupable compte faire appel, selon son avocat.

Dans une prose châtiée, il avait envoyé par email au professeur : « Tu osé insulté notre prophètes bien aimé [...] mais sache que tous les musulmans [...] sont tes ennemis pas juste les extrémistes [...] maintenant coure toi ta femme et t enfants mais un jour, crois moi tu va mourir ». Bien évidemment, l'orthographe a été respectée par l'AFP.

Un Coran violent et Mahomet un pillard

Cette riposte violente fait suite à un article publié dans le Figaro et intitulé 'Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ?'. Le Coran était décrit comme « livre d'inouïe violence » et Mahomet « chef de guerre impitoyable, pillard, massacreur de juifs et polygame ».

La défense a fait valoir que l'inculpé ne faisait que répondre à une provocation. Mais pour Me Stéphane Baumont, défendant M. Redeker, « le droit de critiquer une religion fait partie de la liberté d'expression » et par conséquent, demandait 100.000 € de dommages et intérêts.

D'autres menaces de mort avaient condamné le philosophe à une surveillance policière hors de son domicile.