Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Menaces de viol : Twitter mis à jour après l'affaire Jane Austen

Antoine Oury - 30.07.2013

Edition - Société - Jane Austen - billet de banque - Caroline Criado-Perez


Elle avait fait plier la Banque d'Angleterre, un exploit qui aurait dû être célébré : Caroline Criado-Perez avait réussi à obtenir un portait de Jane Austen imprimé sur tous les billets de 10 £, alors que l'établissement bancaire prévoyait de supprimer le portrait d'Elizabeth Fry (progressiste britannique), seule femme présente sur la monnaie anglaise. Elle a subi hier la vindicte de machistes sur Twitter, avec des menaces de viol et de représailles.

 


Le morceau de papier par où tout a commencé

 

 

La journaliste freelance a reçu, en l'espace de quelques heures, des centaines de tweets appelant à la haine, au viol et au meurtre, après une campagne couronnée de succès pour afficher le portrait de Jane Austen sur les billets de 10 £. « Tout le monde à bord du train du viol > @CCriadoPerez en conductrice » : un des messages éminemment poétiques postés sur Twitter, submergé de posts rageurs.

 

Féministe convaincue, c'est grâce à Caroline Criado-Perez qu'un semblant de parité subsiste sur la monnaie britannique imprimée par la Banque d'Angleterre. Sans son intervention, seule la Reine Elizabeth II aurait représenté la gent féminine sur les liquidités, avec la disparition du portrait d'Elizabeth Fry. Qui plus est, Criado-Perez a proposé une citation de l'auteure soulignant l'importance de la lecture, pour figurer sous le portrait.

 

Face aux excités, Caroline Criado-Perez ne s'est pas démontée, rendant les coups sans utiliser les mêmes armes que ses adversaires : « Il est rageant de constater que le prix à payer pour défendre le droit des femmes est 24 heures de menaces de viol ininterrompues » a-t-elle souligné, tandis que certains se permettaient de lui conseiller de ne pas « nourrir les trolls » (surnom donné à ce type de harceleurs sur le Web).

 


 

La journaliste et militante a ainsi répondu aux insultes et aggressions directement sur le réseau, en indiquant à ceux qui lui envoyaient des mails ou des messages haineux les conséquences : « Je me rends demain au poste de police et ajouterai votre nom à la liste des individus qui me harcèlent », explique-t-elle dans le tweet ci-dessus. « Nous montrons qu'ensemble, nous pouvons changer les choses. Nous avons fait plier la Banque d'Angleterre, faisons de même avec Twitter » a-t-elle poursuivi, en appelant à une réaction officiel du réseau social.

 

Criado-Perez s'est ainsi emparé d'un autre combat : amener le réseau social à créer un bouton « Report this tweet », afin de signaler tout message appelant à la haine. Twitter a réagi par le biais de ses porte-parole, qui ont rappelé les procédures en matière de signalement.

 


« Le bouton de signalement que vous êtes nombreux à demander est déjà en place sur certaines applications » tweete ainsi le responsable britannique du réseau. Par ailleurs, un homme de 21 ans a été appréhendé par les autorités pour les messages particulièrement haineux dont il a été l'auteur sur le réseau. Désormais, Twitter disposera d'un bouton qui simplifiera considérablement la démarche de signalement.

 


La nouvelle fonctionnalité est déjà disponible sur l'application Twitter

 

Jane aurait été doublement fière : une nouvelle victoire, donc, pour les femmes britanniques et du monde, même si le prix à payer fut conséquent...

 

(via The Guardian)