Métro, boulot : les poètes britanniques trouvent que c'est trop

Antoine Oury - 18.09.2013

Edition - International - Tansport for London - poètes britanniques - rémunération


Depuis plusieurs années, les voyageurs londoniens peuvent profiter d'une ou deux phrases poétiques durant leur trajet. Ça n'aide pas à se réveiller ou à aimer son travail, mais permet de multiplier les contacts avec l'art poétique. Transport for London, la compagnie, souhaitait proposer des animations live pour sensibiliser les usagers aux règles de courtoisie, en mettant les poètes en avant. Ces derniers ont plutôt fait marche arrière.

 


Polish Poems on the Underground

Annie Mole, CC BY 2.0

 

 

 Aidée par l'agence M&C Saatchi, par ailleurs à l'origine de la campagne Books Are My Bags dans les librairies indépendantes britanniques, la compagnie Transport for London avait proposé un marché aux poètes. « Pendant 5 jours, nous avons besoin de vous, en situation, pour écrire de courts poèmes à thème, drôles ou piquants pour gentiment rappeler à nos usagers de respecter les autres voyageurs [...] », ont-ils proposé aux auteurs.

 

Par ailleurs, la société gestionnaire du métro londonien proposait 150 £ en guise de salaire hebdomadaire, sans préciser ce que deviendraient les poèmes une fois l'opération terminée. Après plusieurs protestations des poètes étant donné le taux horaire bien en dessous des recommandations de la Society of Authors en la matière, Transport for London et M&C Saatchi ont rectifié le tir en proposant 500 £ pour 5 jours de travail.

 

Par ailleurs, dans le cas où les deux sociétés souhaiteraient utiliser les poèmes écrits dans le cadre de la campagne, l'achat d'une licence d'exploitation s'effectuera auprès de chaque créateur, dans des conditions conformes à celles de la Society of Authors.

 

Les performances auront lieu du 30 septembre au 4 octobre prochain, dans une dizaine de stations sur les 270 que compte le métro londonien.

 

(via The Guardian)