Mettre l'inspiration de Charlotte Brontë aux enchères, ou pas ?

Julien Helmlinger - 26.02.2015

Edition - International - Charlotte Brontë - Thomas Bewick - Enchères


Dans son roman Jane Eyre, l'écrivaine Charlotte Brontë évoquait le livre History of British Birds, de l'ornithologue Thomas Bewick. Une première et rare édition de cet ouvrage vient de refaire surface, qui aurait appartenu autrefois à une certaine Frances Mary Richardson Currer, dame soupçonnée d'avoir inspiré le pseudonyme de l'auteure : Currer Bell. Selon l'historien Seymour de Ricci, l'inspiratrice fut la « première femme bibliophile d'Angleterre ».

 

 

Photo :  Bernard Quaritch

 

 

Selon cet historien qui s'était intéressé à l'histoire des collectionneurs, la famille de cette Frances Currer possédait une demeure à Eshton Hall, dans le Yorkshire. Là, la bibliophile possédait une collection pesant entre 15.000 et 20.000 livres, parmi lesquels le titre de Thomas Bewick, que le personnage de Jane Eyre dévore au début du célèbre roman de Charlotte Brontë et qui est cité dans la poésie de l'auteure.

 

Comme le présente l'héroïne de fiction, chaque image de l'ouvrage d'ornithologie raconterait sa propre histoire, parfois difficile à assimiler pour elle. Elle n'en reste pas moins fascinée par les illustrations. Jane Eyre narre : « Avec Bewick sur mes genoux, j'étais heureuse, du moins heureuse à ma manière. Je ne craignais rien, à part une interruption, et celle-ci est arrivée trop tôt. »

 

L'antiquaire et libraire Bernard Quaritch estime que les sœurs Brontë connaissaient cette Frances Currer, qui était notamment une généreuse mécène de la Cowan Bridge School, qu'ont fréquentée les sœurs Maria, Elizabeth, Charlotte et Emily. Par ailleurs, la bibliophile est également connue pour avoir fait don de 50 £ au révérend Patrick Brontë en 1821, alors qu'il était veuf et quelque peu désargenté.

 

Cette possible connexion a également intéressé l'universitaire Marianne Thormahlen. Celle-ci suggère que Charlotte aurait pu avoir accès à l'exemplaire de History of British Birds qui était en possession de Frances Currer. Quoi qu'il en soit, on manquerait de preuves incontestables pour l'affirmer avec certitude.

 

Bernard Quaritch a acquis le livre aux enchères, alors qu'il était mis en vente par les héritiers d'un riche collectionneur et l'offre désormais au tarif minimum de 5000 £. Seul un millier d'exemplaires du premier volume de cette édition auraient été publiés, et 1750 du second volume. Rares seraient ceux qui sont restés en aussi bon état.