Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Mettre la littérature africaine contemporaine à l'honneur

Lauren Muyumba - 28.06.2013

Edition - International - Littérature - Africaine - The Royal African Society


The Royal African Society organise l'Africa Writes, Festival of African Literature, du 5 au 7 juillet 2013 au British Library à Londres. L'occasion de mettre en avant la littérature contemporaine africaine à travers différentes générations. L'évènement montre une littérature qui continue d'être productive et de croître, et des artistes qui osent sortir de l'ombre des grands écrivains.

 

 

 

 

Pendant le festival, écrivains, critiques, éditeurs et commentateurs seront présents pour s'interroger sur le devenir de l'écriture africaine. The Biritish Library réunira les grands noms de la littérature africaine, mais aussi de jeunes auteurs émergents et prometteurs.

 

L'Afrique, un continent. La littérature africaine prend son sens seulement si l'on réalise qu'il s'agit de récits et de poèmes venant de différents pays. Mais ces divers genres et origines se retrouvent dans une littérature qui a pour souffle une histoire, culturelle et politique, commune. L'Africa Writes 2013 a de nombreux partenaires tels que The Caine Prize for African writing, Kwani Literay Trust et Centre of African Studies.

 

Parmi les auteurs présents...

 

Chino Odimba, jeune femme qui sera présente au festival, a répondu jeudi 27 juin à une interview du Royal African Society où il lui était demandé pourquoi elle écrit : « Parce que j'en rêve : les plus profondes vérités peuvent être trouvées dans vos rêves. Il peut y avoir beaucoup de débris qui flottent provenant de votre ego ».

 

L'oeuvre de Ngugi wa Thiong'o, originaire du Kenya, s'étend sur près de 50 ans (pièces de théâtre, romans, essais...). Ses écrits traitent la plupart du temps des diverses corruptions de la période postcoloniale, tout comme le faisait Chinua Achebe, un grand écrivain d'origine nigérienne décédé à Boston en mars 2013.

 

Ngugi est notamment l'auteur du livre politique Decolonising the Mind, mais aussi de nombreux romans tels que Grain of Wheat et Wizard of the Crow. Son fils, Mukoma Ngugi, auteur des polars Nairobi Heat et Black Star Nairobi, sera aussi présent pour exprimer sa vision du rôle d'un écrivain africain d'aujourd'hui.

 

 

 

Parmi la jeune génération, il y aura les écrivains Diriye Osman, Warsan Shire et Nadifa Mohammed, préoccupés par la quête identitaire et sémantique. Diriye Osman a récemment publié un recueil Fairytales for Lost Children (Contes de fées pour les enfants perdus) où il explore la vie de jeunes gais et lesbiennes vivant au Kenya, en Somalie et à Londres.

 

Dans ses poèmes, Warsan Shire, lauréate de l'African Poetry Prize, parle de guerre qu'elle n'a jamais connue. Mais cela n'enlève rien à l'authenticité de son travail, et souligne la recherche identitaire qu'elle montre à travers son art. Nadifa Mohammed, qui s'est fait connaître avec son premier livre Black Mamba Boy, écrit pour «commémorer la vie de gens comme mon père». Tout comme Warsan Shire, elle a quitté la Somalie, mais ses liens avec le pays ne se dénouent pas.

 

Une littérature au coeur de l'actualité

 

La littérature africaine est bien présente dans l'actualité : en France on vient de rendre hommage à l'écrivain engagé Aimé Césaire qui aurait eu 100 ans le 26 juin 2013. Le 4 juin 2013, Malorie Blackman a été la première auteure noire à recevoir le prix "Children's laureate" en Grande-Bretagne. 

 

Le 5 juin, la société de télécommunications Etisalat Nigeria a lancé son Prize of Literature qui récompense des auteurs africains pour leurs romans publiés. Et dans un futur proche, trois écrivains africains seront récompensés le 1er juillet pour leurs manuscrits en remportant le nouveau prix «Kwani? Manuscript Prize» qui engendrera leur publication.