Metz : “Une politique d'acquisition ne suffit pas pour assurer la fréquentation”

Antoine Oury - 27.02.2015

Edition - Bibliothèques - ville de Metz bibliothèques - Hacène Lekadir adjoint culture - ouverture le dimanche


Les personnels des bibliothèques et médiathèques de la ville de Metz s'étaient inquiétés d'une importante diminution du budget d'acquisition, pour l'année 2015. Une baisse de 50 %, que la mairie a rapidement rectifié : 100.000 € supplémentaires seront ajoutés, via le budget supplémentaire de la ville. L'adjoint à la culture du maire, Hacène Lekadir, nous a précisé la politique culturelle de la ville, en période d'austérité.

 

 

Metz - place de la Comédie

Place de la Comédie, à Metz (LaurPhil, CC BY 2.0)

 

 

L'adjoint au maire persiste et signe : le budget d'acquisition, dans le budget initial de l'année 2015, est bien de 150.000 €. Le syndicat CGT avait expliqué à ActuaLitté que le report des factures de l'année 2014 portait le total à 21.000 € seulement. « C'est une histoire purement administrative, car ces factures non réglées en 2014 le seront en 2015 sur le budget global de la ville, et non sur celui des acquisitions », explique Hacène Lekadir.

 

Par ailleurs, il confirme l'apport de 100.000 € à ce budget initial, via le budget supplémentaire, ce qui le porte finalement à 250.000 € pour l'année. « Dès le vote du budget, nous avons décidé en interne de faire un effort sur le budget supplémentaire. Ces informations n'étaient alors pas publiques, car elles n'avaient pas à l'être. » Le directeur du pôle et les directeurs adjoints étaient bien au courant, précise-t-il.

 

La conseillère municipale de la ville de Metz Aurélie Filippetti nous avait déjà expliqué que la baisse des budgets municipaux était la conséquence de l'austérité gouvernementale : « Ce n'est donc pas la Ville qui est responsable [de la baisse du budget], mais bien la politique d'austérité contre laquelle je me suis élevée en quittant le gouvernement et en ne votant pas le budget, ce qui est un geste très fort pour une élue de la majorité. »

 

L'adjoint au maire apporte quelques précisions : « Au niveau national, ce sont 11 milliards € d'efforts qui ont été demandés aux collectivités sur 3 ans. Pour Metz, cela a abouti à 1,3 million € de dotation en moins en 2013, 1,5 million de moins en 2014, et, d'après les estimations, à 2 millions de moins en 2015. Tout cela s'est cumulé, dans une période où la ville de Metz a fait le choix de ne pas augmenter les impôts depuis 5 ans. »

 

Hacène Lekadir promet un retour à un budget de 300.000 € pour les acquisitions dès 2016. « La ville reviendra ainsi dans la moyenne supérieure, au même niveau que des villes comme Nancy. Le budget sera par ailleurs supérieur aux recommandations du ministère de la Culture en la matière [pour une ville de 120.000 habitants comme Metz, 240.000 € sont recommandés, NdR]. »

 

La politique culturelle ne se limite pas à une ligne dans un budget 

 

L'adjoint à la culture invite par ailleurs à ne pas limiter la politique de la ville en matière de bibliothèques et médiathèques « à une ligne de crédit dans un budget initial ». « Nos prédécesseurs, avant 2008 [Jean-Marie Rausch, maire UMP de 1971 à 2008, NdR], proposaient un budget d'acquisition très fort, autour de 500.000 €, mais la fréquentation était en berne », explique-t-il.

 

La mairie PS a donc choisit de privilégier la gratuité pour tous les Messins, pour tous les supports, « qui coûte 80.000 € par an à la ville », l'ouverture de nouveaux sites, et l'investissement de 12 millions € dans l'Agora, une Médiathèque-Centre social du quartier de la Patrotte en projet. « Il ne suffit pas d'avoir une politique d'acquisition ambitieuse pour assurer la fréquentation des bibliothèques-médiathèques », explique l'adjoint à la culture. En 2014, 24.600 abonnés ont été enregistrés par les établissements, soit une augmentation de 30 % par rapport à l'année précédente, avant la gratuité, assure la mairie.

 

L'adjoint au maire tient également à mettre en avant les animations proposées au sein des établissements : les 4,3 millions € du budget de fonctionnement (en légère hausse entre 2014 et 2015) permettent de proposer plus de 200 événements par an aux Messins. « L'action dynamique de nos agents se retrouve aussi dans ces événements, qu'ils organisent en trouvant parfois des projets peu coûteux, en fonction des budgets », souligne l'adjoint à la culture.

 

Au final, précise Hacène Lekadir, le budget culture 2015 de Metz « est en hausse de 1,23 % », mais cette augmentation intègre le financement d'une salle de musiques actuelles, la BAM, ouverte en 2014, ou la friche artistique TRM-Blida, inaugurée fin 2014. « Forcément, tout cela a exigé des arbitrages budgétaires. Nous avons fait des choix, en essayant de conserver l'essentiel. »

 

Quant à l'ouverture le dimanche, elle n'a pas été à l'ordre du jour du conseil municipal de cette semaine, précise l'élu. « Sur le plan politique, il nous paraît intéressant d'avoir une bibliothèque ou une médiathèque ouverte le dimanche, mais il convient d'étudier les modalités avec les agents et les organisations syndicales : les moyens financiers, humains, les plages horaires, les animations... » 

 

La direction générale des services va lancer un chantier de réflexion avec les responsables des médiathèques et bibliothèques, les personnels et les syndicats. « Nous avons acté le principe de l'ouverture le dimanche, car le service public des bibliothèques nous paraît utile aux Messins, y compris le dimanche », explique l'adjoint, « mais la loi Macron elle-même n'est pas encore complètement adoptée », précise-t-il.


Pour approfondir

Editeur :
Genre : litterature...
Total pages : 512
Traducteur :
ISBN : 9782258118621

Maman a tort

Mardi 2 novembre 2015. Lorsque Vasile, psychologue scolaire, se rend au commissariat du Havre pour rencontrer la commandante Marianne Augresse, il sait qu'il doit se montrer convaincant. Très convaincant. Si cette fichue affaire du spectaculaire casse de Deauville, avec ses principaux suspects en cavale et son butin introuvable, ne traînait pas autant, Marianne ne l'aurait peut-être pas écouté. Car ce qu'il raconte est invraisemblable : Malone, trois ans et demi, affirme que sa mère n'est pas sa vraie mère.

J'achète ce livre grand format à 21.50 €

J'achète ce livre grand format à 21.50 €