Mexique, "la pratique de la lecture d'un livre disparaît"

Nicolas Gary - 09.03.2013

Edition - International - Mexique - lecture - alphabétisation


Le Mexique, cela reste une image de pays en proie aux cartels de drogues, aux homicides, une violence intrinsèque presque à la cité, en pleine Amérique latine. Corollaire, ou non, plusieurs articles évoquent aujourd'hui la relation que les habitants entretiennent vis-à-vis de la lecture. Le paysage culturel mexicain s'appauvrit, et une très grande partie du pays semble avoir arrêté de lire, tout bonnement. 

 

 

 Urlaub 2005 - México

Mexico, par schaleger, (CC BY-SA 2.0)

 

 

Il est certain que le gouvernement mexicain semble avoir plus à faire avec les cartels de la drogue, alors qu'un nouveau rapport jette l'opprobre sur le comportement des politiques. Accusés d'avoir trempé au cours des six dernières années dans différentes affaires de kidnapping, ou d'avoir fermé un peu trop les yeux, les politiques auraient même apporté leur aide à plusieurs cas de disparition, en soutenant la pègre. Le rapport de Human Rights Watch est à ce titre accablant. 

 

Avec une certaine logique, on se dit alors que la priorité n'est probablement pas mise sur la valorisation de la lecture et des livres, et par conséquent, sur l'éducation. 

 

"plus d'illettrés au Mexique qu'il n'y en avait voilà 12 ans"

 

Dans un éditorial paru dans le New York Times, David Toscana, en direct de Mexico, rapporte que la situation est particulièrement grave. « La proportion de la population mexicaine qui sait lire et écrire est en hausse, mais en chiffres absolus, on compte plus d'illettrés au Mexique qu'il n'y en avait voilà 12 ans », explique-t-il. 

 

Et de rajouter que, même si l'alphabétisation première, déchiffrer un message sur un panneau dans la rue, ou lire les grands titres - uniquement les titres - de la presse est en hausse, « la pratique de la lecture d'un véritable livre disparaît ». Au point que le Mexique a pris l'avant-dernière place, soit 108e, sur la liste qu'établit l'UNESCO, à propos des habitudes de lecture dans les pays audités. 

 

Toscana, l'un des plus importants auteurs mexicains à l'heure actuelle, ne tire pas simplement la sonnette d'alarme, il est littéralement alarmé, parce que son pays « patauge socialement, politiquement, et économiquement, du fait que bon nombre de citoyens ne savent pas lire ». 

 

Il se souvient, à l'occasion d'une grève en 2008, à Oaxaca, que sur le campus qu'il parcourait, il avait cherché un enseignant ou un élève en train de lire : il y avait des dizaines de milliers de personnes, toutes écoutant de la musique, regardant la télévision, ou jouant soit aux cartes, soit aux dominos. Mais pas une personne avec un livre. 

 

Sa fille de quinze ans a entendu son professeur de littérature bannir toute forme de fiction dans ses cours. Aujourd'hui, le Mexique dépense plus de 5 % de son produit intérieur brut dans l'éducation, soit à peu près le budget alloué par les États-Unis.

 

Mais le gouvernement n'est peut-être pas disposé, estime Toscana : après tout, si demain le peuple se réveillait « aussi instruit que les Finlandais, les rues seraient remplies de citoyens indignés et notre gouvernement serait lui-même effrayé e se demander où ces gens ont obtenu plus de savoir que pour faire fonctionner un lave-vaisselle ».

 

Douloureux.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.