Michel Tournier publié à la Bibliothèque de la Pléiade

Elodie Pinguet - 16.02.2017

Edition - Les maisons - Michel Tournier - Bibliothèque Pléiade - Vendredi, Le roi des aulnes


La bibliothèque de la Pléiade regroupe tous les plus grands auteurs classiques dans une collection sur-mesure. C’est au tour du grand Michel Tournier, auteur du Roi des Aulnes de faire son entrée dans le cercle prestigieux. Une édition regroupant plusieurs de ses romans paraîtra le 23 février.

 

 

 

Le projet n’est pas nouveau. Gallimard, qui gère la bibliothèque de la Pléiade, voulait faire entrer l’auteur dans ce cercle dès 2014, pour une publication en février 2016. Malheureusement, le décès de Michel Tournier le 18 janvier 2016 aura quelque peu retardé la publication.

 

Il aura quand même participé à l’élaboration du projet en choisissant les romans qui composeront l’édition, mais, comme le regrette la responsable d’édition Arlette Bouloumié : « Comme son maître Giono, il aura vu naître le projet d’une édition de ses romans dans la Bibliothèque de la Pléiade, et il aura, comme lui, disparu un an avant l’achèvement de ce travail », rapporte l'AFP.

 

Sept textes composent l’ouvrage de la Pléiade, pour un total de 1824 pages. Le premier roman à (re)découvrir est son classique Vendredi ou les Limbes du Pacifique, qui réécrit l’histoire du Robinson Crusoé de Daniel Defoe. Le roman lui a offert le Grand Prix de l’Académie française en 1967, année de sa publication.

 

Vient ensuite le Roi des aulnes publié en 1970 et qui a obtenu le prix Goncourt la même année. Vendredi ou la Vie sauvage fait également partie de l’aventure, une réécriture pour la jeunesse de son ouvrage de 1967. Selon Arlette Bouloumié « bien qu’il ait été conçu pour les enfants, Tournier considérait que cette seconde version était plus aboutie que la première ».

 

D’autres romans, moins connus, mais tout aussi remarquables sont présents : Les Météores (1975), Gaspard, Melchior et Balthazar (1980) ainsi que Gilles et Jeanne (1983).

 

 

 

Le volume se conclut par un essai, Le vent Paraclet, datant de 1977, où il aborde de façon autobiographique la question de la création littéraire : « Cette autobiographie intellectuelle est fondamentale puisqu’elle éclaire les oeuvres antérieures par une réflexion sur leur genèse. »

 

L’ouvrage, disponible le 23 février, au papier bible et à la relieure dorée, sera vendu 66 euros jusqu’à la fin de l’année, avant de passer à 73 euros dès 2018.