Microsoft attaque le Nook, à cause d'Android

Clément Solym - 22.03.2011

Edition - Justice - violer - brevet - android


Alors, voilà : d'un côté, Amazon et Apple qui vont se lancer dans une guerre de noms sur le droit d'utiliser un terme trop proche du nom de la boutique d'applications du second, par le premier. Et de l'autre, c'est aussi Microsoft qui s'en prend à Barnes & Noble.

S'il est clair de la plainte d'Apple n'a rien de juridique, et s'apparente surtout à de la défense de pré carré, la plainte pour violation de brevet, concernant le lecteur ebook sous Android semble plus fondée en droit. La firme de Redmond a saisi l' International Trade Commission et la cour de district de Washington.

En effet, parce que les lecteurs ebook Nook et NookColor tournent sous Android, le libraire tombe sous le coup d'une violation de brevet. Mais le libraire n'est pas le seul à en prendre plein les dents : Invetec, et Foxconn International sont également pris dans la plainte. En effet, Android empiète sur plusieurs brevets déposés par Microsoft, et la firme entend faire respecter ses droits.

Ces derniers concernent un certain nombre de systèmes permettant de trouver des informations en navigant sur le net et interagir avec des documents et des livres numériques.

Voilà un an, Microsoft avait lancé la même procédure contre HTC, qui faisait tourner ses téléphones sous Android, et après un accord, les appareils ont pu être commercialisés sans peine. D'autres accords similaires avaient été passés avec des fabricants de mobiles. Tout cela était bel et bon, mais B&N n'avait évidemment pas signés ces accords avec Microsoft.

La firme explique qu'elle a mis en place une série de licences qui donnent l'autorisation aux constructeurs de pouvoir profiter d'Android sur leurs appareils, en toute légalité. Mais attendu que depuis une année entière les différents acteurs concernés par la plainte refusent de signer ces accords et verser les sommes idoines, la plainte tombe, en toute logique.

Le tout pour sauvegarder les intérêts des actionnaires, bien évidemment... (voir le communiqué)