Microsoft, Yahoo et Amazon contre Google Books avec l'Open Books Alliance

Clément Solym - 21.08.2009

Edition - Bibliothèques - Microsoft - Amazon - Yahoo


Google books terrorise bien plus que les éditeurs d'ici ou là : non seulement l'arrangement approche à grands pas, mais qui plus est, les ayants droit n'ont désormais plus que quelques jours pour décider de la présence de leurs oeuvres dans la base de données du site.

Au SNE, on continue de prévenir que le mal est terrible et d'en décrire les tenants et aboutissants dans Le Figaro : « S'exclure de l'accord signifie que les livres continueront à être numérisés par Google et pourront être librement accessibles sous forme d'extraits. Les ayants droit gardent la possibilité de poursuivre Google en justice aux États-Unis, mais ils ne peuvent plus demander le retrait de leurs livres de la base Google. »

Oui, mais voilà, mis à part assurer que l'on va faire pointer la firme américaine devant les tribunaux français, on n'a semble-t-il pas d'autres moyens de lutter. C'est probablement pour cette raison que les trois firmes américaines Amazon, Microsoft et Yahoo! ont décidé de réagir plus fermement.

En intégrant l'Open Book Alliance, les trois estiment faire ce qu'il faut pour peser plus lourd que Google dans la balance. À l'origine de ce consortium, l'Internet Archive, qui a confectionné le site pour lutter justement contre Google books. Cette coalition jouira de plusieurs avantages, dont l'expérience de Microsoft en numérisation ou la vente d'ebooks pour Amazon.

Avec ses 125 millions $ promis aux associations américaines, et destinés à entériner l'accord, ainsi que les millions de livres déjà numérisés, Google fait vraiment peur. Et à raison. Même des institutions comme la Bibliothèque nationale de France pourrait être amenée à faire appel à ses services. Pour l'heure, seuls Microsoft et Yahoo! ont assuré de leur entrée dans l'OBA.

Reste que ce rapprochement des trois firmes est l'un des derniers signes attestant de l'importance désormais capitale que Google a prise dans le domaine, non seulement de la numérisation de livres, mais surtout dans le secteur du livre numérique et de son commerce par extension... Et probablement dans un avenir proche. Peter Brantley, directeur de l'Internet Archive se félicite cependant que les sociétés se soient enfin entendues, et espère bien disposer d'assez d'arguments pour opposer un contre-pouvoir à Google...

N'oublions pas que Microsoft avait lancé son propre programme de numérisation, Live Search Books, qui aura finalement été arrêté fin mai 2008...