Mikhail Khodorkovsky, prisonnier politique et talent littéraire

Clément Solym - 26.10.2011

Edition - International - Mikhail Khodorkovsky - prison - ecriture


Oligarque russe qui fut la première fortune du pays, avant de subir les foudres de la justice, après de multiples accusations, Mikhail Khodorkovsky purge une peine de prison de trente années. Il en est à la sixième, merci pour lui, depuis octobre 2005.


Établi dans la plus éloignées des prisons moscovites - pensez donc : 6500 km de la capitale - Mikhail subit un régime drastique. Les visites familiales sont trimestrielles uniquement, et ses avocats sont sur écoute quand ils viennent lui faire un petit coucou.

 

En outre, il endure régulièrement le quartier d'isolement, de façon parfois complètement arbitraire, confirmait Amnesty International en mai dernier.

 

Le bon côté de ces choses, c'est qu'il a du temps pour lire, un peu, et écrire, beaucoup plus. Et dans ses écrits, on retrouve beaucoup de sa vie de détenu, et pas mal de réflexions sur la vie politique en Russie.

 

Il entretient également une correspondance avec Ludmila Oulitskaïa, écrivaine russe et célèbre, qui voit en lui « un homme talentueux », dont la narration s'affine avec le temps.

 

« Khodorkovski a déjà écrit un livre, qu'il publie en petits chapitres. Hélas, le destin de la Russie est tel que les thèmes de la criminalité et de la vengeance, ainsi que celui de la prison constituent son socle littéraire », explique-t-elle.

 

Plusieurs critiques littéraires russes estiment qu'il est encore trop tôt pour se prononcer réellement sur la qualité littéraire du prisonnier. Cependant, son style aurait déjà quelque chose de commun avec la prose des auteurs qui ont connu le système carcéral dans des conditions extrêmes également. On pense bien sûr à Soljenitsyne...

 

Poursuivant donc la tradition littéraire des mémoires rédigés depuis un goulag, Khodorkovski dépeint un monde de mensonges, « où la vérité est une exception ». La seule chose qui lui manque pour travailler plus efficacement serait un ordinateur, explique-t-il, constatant toutefois que le régime stylo papier a considérablement amélioré son écriture...