Mille et une raisons de s'émerveiller à Paris – en cinq livres

Nicolas Gary - 27.11.2017

Edition - Société - paris capitale visite - tourisme paris découverte - insolite paris arrondissements


Ah, Paris... « Une créature de bitume, sa voix ferrée te crie dessus Chuchote au marteau piqueur, les petits cœurs sont des fissures », comme le chante Oxmo Puccino. Pour préparer les fêtes, voici une sélection de livres qui parlent d’une étrange ville : elle aurait pris l’habitude de flotter et de ne jamais couler. 

 


 

 

Le Paris de Colette embarque le lecteur dans une découverte de la capitale, à travers les yeux de cette jeune provinciale devenue une romancière extraordinaire. Un petit livre touristique, qui prend le lecteur par la main, à la découverte des lieux que Colette pouvait animer. Passy et Auteuil, pour la rive gauche, mais également les premiers arrondissements ou encore Palais Royal, à deux pas du Louvre.

Et puis, de petits quartiers, qui, l’air de rien, vont traverser la ville. Un plaisir sans chichi...  

 

 

Plaisirs solitaires, mais plaisirs tout de même, voici un tour d’horizon par arrondissement, de ces choses insolites dont regorge la capitale avec Les plaisirs que seul Paris procure.

Quelques illustrations (trop rares, mais particulièrement intelligentes !) pour égrener la promenade, et voici les artistes, les bâtiments, les parcs mêmes, deviennent autant de raison de s’émerveiller. Restaurants et anecdotes ponctuent un ouvrage de très belle facture : allez, on se laisse tenter. 

 

 

À l’apparente légèreté du précédent, succède l’érudition de cette visite infernale : Sous Paris, vue depuis ses entrailles, ses caveaux et ses morts. Les catacombes de la Cité, mythiques et légendaires, racontent sur des centaines de kilomètres la vie des habitants. À l’air libre, la société, ses règles ; sous terre, la profusion, l’exubérance. Une expression libérée, une autre société, aux règles distinctes.

Paris ne s’éveille plus à 5 h : la ville ne dort en réalité jamais : ce sont ses labyrinthes qui en attestent...

 

 

Areta Franklin n’aurait pas boudé son plaisir, elle non plus, de chanter les « happy days » de Paris, jours heureux. Réunissant des toiles de Fabienne Delacroix, accompagnées de texte d’Olivia Karam, c’est un Paris de jadis – et naguère en réalité – que l’on découvre. Tout un monde mi-réel, mi-idéalisé, la ville à la Belle Époque, se peuple et s’anime.

Des terrasses de cafés aux rues, les Parisiens d’alors reviennent sous un trait sans fausse naïveté. Théâtres, jardins, édifices historiques : tout est là, splendide et onirique. De quoi faire rêver...

 

 

À la douce nostalgie, succède la frénésie de la modernité, mais cette fois, sous le contrôle exubérant et excentrique d’une cinquantaine d’artistes – 53, précisément – pour The Parisianer 2050. Au-delà du périphérique parisien, c’est l’avenir des villes que l’on explore. « Un livre polyphonique qui interroge notre société et notre monde en profonde mutation... »

Et assurément, le futur ne manque pas d’avenir, dans les mains des artistes de La Lettre P. Les Unes du célèbre magazine réunies font autant sourire qu’elles posent de questions sur les changements qui pourraient survenir.

 


 

Jacques Dupont – Le Paris de Colette – Alexandrines – 9782370890603 – 9,90 €

Guillaume Kashima (Illustrations),‎ Nicolas d' Estienne d'Orves – Petits plaisirs que seul Paris procure – Editions J’ai lu (collection Inédit) – 9782290149683 – 10 €

Aurélien Noyelle – Sous Paris – Lemieux éditeur – 9782373441147 – 22 €

Fabienne Delacroix – Paris Jours heureux – HC Editions – 9782357203532 – 14,50 €

Collectif La Lettre P – The Parisianer 2050 – Editions 10/18 – 9782264071590 – 18,90 €