Millenium, l'héritage de Larsson et les ex-communistes suédois

Clément Solym - 20.06.2008

Edition - Société - Millenium - héritage - communistes


Voilà quelque temps, un testament retrouvé de Stieg Larsson avait secoué le monde. Dans ce dernier, on apprenait les dernières volontés de l'auteur, alors qu'il partait pour l'Éthiopie : « Je veux que mon argent soit versé à la section d'Umeaa de la fédération des travailleurs communistes. » C'était en 1977, Millenium n'était pas encore écrit et l'auteur, alors journaliste, pensait bien ne pas revenir de son voyage.

Hier, les fameux héritiers, par la voix d'Anders Svensson, ont déclaré que ce legs ne les intéressait pas. « Nous ne voulons pas participer à des querelles de testament et nous ne voulons pas toucher de l'argent de cette façon. » Aujourd'hui, ces anciens communistes sont devenus parti socialiste. Et les « quelques centaines de milliers de couronnes » dont disposait Larsson en liquidités ou sur son compte appartiennent à Éva, selon eux.

Ainsi, ils estiment que la législation du pays sur l'héritage « est mauvaise. Elle est basée sur le fait qu'il faut être marié pour hériter de son conjoint. C'est aujourd'hui une loi dépassée ». Et en effet, Éva, de ce fait, n'a pas touché une couronne sur les droits des livres après la mort de son concubin, Stieg. Avec 6 millions d'exemplaires vendus, ce sont le frère et le père de l'auteur qui ont empoché la somme. Une famille avec laquelle Eva est quelque peu en froid, manifestement.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.