Millenium, tome 4 : Blowkvist et Lisbeth de retour

Cécile Mazin - 20.05.2015

Edition - Les maisons - Stieg Larsson - Millenium Suède - David Lagercrantz


Le 27 août prochain, le tome 4 de la saga Millenium sortira chez Actes Sud. Ce qui ne me tue pas a été écrit par David Lagercrantz, auteur de la biographie de Zlatan, pour les amateurs de ballon rond. En 2013, l'intéressé signa un contrat avec Norstedts, pour la publication de ce nouvel opus, dont la sortir coïncidera avec la parution du premier tome, dix ans après, jour pour jour.

 

 

 

Depuis Les Hommes qui n'aimaient pas les femmes, paru en Suède en 2005, la fresque de Stieg Larsson continue de soulever des montagnes. Ce nouveau tome, inspiré des personnages créés par Stieg, a été traduit par Hege Roel-Rousson et se concentrera sur la survie de Millenium, la revue où travaille Mikael Blomkvist. Ce dernier, en proie à une crise existentielle, envisage de changer de métier, alors que les nouveaux propriétaires de la revue critiquent celui qui l'avait jusqu'à lors portée.

Tard un soir, Blomkvist reçoit un appel du professeur Frans Balder, un chercheur de pointe dans le domaine de l'IA, l'intelligence artificielle. Balder affirme détenir des informations sensibles qui concernent le service de renseignement des États-Unis. Il a également été en contact avec une jeune femme, une hacker hors du commun qui ressemble à s'y méprendre à une personne que le journaliste ne connaît que trop bien. Mikael Blomkvist espère tenir enfin le scoop dont Millénium et lui ont tant besoin. Quant à Lisbeth Salander, fidèle à ses habitudes, elle suit son propre agenda.

 

David Lagercrantz explique, dans un entretien diffusé par l'éditeur Actes Sud, n'avoir pas réellement hésité à se lancer dans ce projet. « Depuis le livre sur Zlatan Ibrahimovic je n'ai cessé de recevoir des propositions, mais aucune ne m'avait vraiment accroché. On a évoqué l'idée, et une fois le choc initial passé, je n'ai plus eu qu'une hâte : m'y mettre. »

 

Or, toute la difficulté tenait à ce que l'intrigue devait faire honneur aux récits complexes et peuplés d'histoires parallèles, comme les montait Larsson. « Son style est simple et factuel, mais il y a aussi une forme d'autorité journalistique. Vous croyez ce qu'il vous raconte, qu'il s'agisse de monstres blonds insensibles ou des problèmes quotidiens du magazine », note l'auteur. 

 

Lui-même n'a pas eu le choix que de se démarquer de cette écriture, loin de « la grande voix narrative, avec ce côté presque russe et de nombreux changement de perspective ». David Lagercrantz assure avoir apporté plusieurs choses, et sollicité l'aide de hackers, de mathématiciens, mais également multiplié les recherches sur les symboles anciens et les systèmes de codage. Une passion pour les sciences et sa connaissance du monde des médias étaient là pour soutenir l'ensemble. 

 

Mais marcher dans les pas de Larsson, c'est avant tout faire renaître tant ses univers que ses personnages, Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander. D'anciens personnages seront présents, comme « Erica Berger, l'inspecteur Jan Bublanski (qui a pris du grade) et sa proche partenaire Sonja Modig », et d'autres. 

 

Mais de nouveaux feront aussi leur apparition. Notamment « Frans Balder, un professeur suédois spécialisé dans l'intelligence artificielle qui vient de rentrer au pays après plusieurs années passées dans la Silicon Valley, et Gabrielle Grane, la jeune femme futée issue d'un milieu bourgeois qui travaille dans les services de sécurité suédois ». 

 

Rendez-vous à suivre...

 

 

 

© Photo Magnus Liam Karlsson