Mitterrand : Céline se contentera de la Pléiade

Clément Solym - 22.01.2011

Edition - Société - mitterrand - celebration - celine


Le ministre de la Culture l’a assuré hier durant la conférence de presse : retirer Céline de la fameuse liste de personnalités bénéficiant d’une célébration pour 2011 n’était en rien un désaveu.

« Après mûre réflexion, et non sous le coup de l'émotion, j'ai décidé de ne pas faire figurer Céline dans les célébrations nationales », assurait-il hier. (notre actualitté)

Mais personne n’a été dupe, et le président de l’association à l’origine de la demande de retrait du romancier de la liste, Serge Karlsfeld, en premie. Il avait d'ailleurs adressé ses « félicitations à Frédéric Mitterrand d'avoir eu le courage de désavouer ceux qui, dans son ministère, ont laissé passer cette bourde ».


Bilan des courses, le ministre en a remis une couche d’explications alambiquées durant son voyage à Compiègne. Ayant relu Bagatelle pour un massacre avant de formuler sa décision, le ministre s’est rendu compte de la portée des textes de Céline, à travers ce pamphlet de 1937. « Ça m'a suffi », affirme-t-il.

Et d’ajouter, proche de la déclaration du Marie de Paris, Bertrand Delanoë : « Le talent de Céline était jusque dans les textes abominables. » D’ailleurs, en recevant les honneurs de la Pleiade, le ministre estime que le romancier a reçu « la plus grande des célébrations que peut espérer un écrivain français ».

Frédéric Mitterrand a donc, en son âme et conscience estimé préférable de ne pas chercher de compromis, estimant que « déposer une gerbe aux pieds de Céline au nom des valeurs de la République, pour l'instant, et pour toujours je crois, ce n'est pas possible ».

Le rédacteur de la notice biographique, Henri Godard, avait avoué être tombé des nues. « Je pensais que la valeur de la création littéraire de Céline méritait d'être mise en valeur. » (notre actualitté