Mobilisée, la ZAD érigera des “barricades de mots” à Notre-Dame-des-Landes

Laure Besnier - 19.04.2018

Edition - Bibliothèques - ZAD Notre-Dame-des-Lande - Mobilisation ZAD - Bibliothèque ZAD Le Taslu


Si le gouvernement souhaite mener à bien l’évacuation de la ZAD (Zone À Défendre), les zadistes résistent, jusque dans la bibliothèque du Taslu. Les autorités exigent que les occupants régularisent leur situation avant le 23 avril, avec un formulaire qui est inadapté pour la bibliothèque. Ce dimanche, à la Rolandière​,​​​​​​ Le Taslu appelle « les troupes de l’imaginaire à se mobiliser » à travers la lecture, afin d'ériger des « barricades de mots ».   

 

Le Taslu


 

« Nous lirons ensemble face à ceux qui nous menacent, et érigerons des barricades de mots pour que le courage des insurrections passées, poétiques ou romanesques, nous donne de l’allant dans les batailles à venir » annonce Le Taslu. Chacun est invité, dimanche 22 avril, à 14h, à la Rolandière, à lire un court extrait de texte parlant de résistance. 
 

Sur son blog, Le Taslu décrit les jours de tensions et d’affrontements avec les gendarmes chargés d’évacuer la ZAD : « C’est bien une opération militaire qui a cours depuis le 9 avril, avec ses colonnes de blindés et de camions bâchés, avec ses grenades, ses drones, ses troupes ». Vies quotidiennes bouleversées, mais aussi une grande solidarité : « En place de la débandade qu’ils prévoyaient, ce sont au contraire des milliers de personnes qu’ils voient affluer » se félicite la bibliothèque. 

 

La préfète des Pays de la Loire, Nicole Klein, chargée de la pacification de Notre-Dame-des-Landes, a annoncé le nouveau délai de régularisation fixé par le gouvernement au 23 avril. Avant cette date, les occupants doivent déclarer un projet agricole individuel et nominatif. 

 

De quoi faire bondir Le Taslu : « L’État refuse jusqu’ici catégoriquement le projet collectif que le mouvement propose. Il semble même que le simple mot “collectif” le fasse ruer dans les brancards et sortir ses chars d’assaut. Une allergie finalement compréhensible en ces temps où chaque espace doit avoir sa fonction, chaque individu sa tâche définie, tout et tous étant bien séparés les uns des autres. »
 

ZAD de Notre-Dame-des-Landes :
quel avenir pour la bibliothèque Le Taslu ?


Le Taslu est un projet collectif : depuis sa construction en palettes, jusqu’aux dons de livres reçus, la notion d'individualité n'y a donc pas de place. « Que tous ici soient un peu paysans, un peu artisans, un peu poètes, un peu barricadiers, sans destin univoque, quel fouillis» se moque Le Taslu, face à la volonté de catégorisation étatique. 


« Et comble de l’horreur, nous n’avons aucun projet agricole, encore moins “individuel”. Que signifierait d’ailleurs une bibliothèque individuelle? Nous ne convoitons aucune parcelle, ne pouvons nous enorgueillir d’aucun diplôme agricole, et n’avons aucune production à vendre », assène la bibliothèque. 


Le Taslu espère donc une grande mobilisation dimanche prochain. L'organisation de cette dernière est expliquée à cette adresse


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.