Mohamed Ali contre Kobo : une histoire de papillon, d'abeille et de pub...

Clément Solym - 15.07.2011

Edition - Justice - mohamed - ali - kobo


Uppercut, direct, un croché et BAM... tapis ? Pour la société Kobo, la confrontation avec la société gérant tous les droits de Mohamed Ali risque de tourner au carnage. Mais plutôt que sur un ring, c'est devant les tribunaux que l'affaire va se régler.

C'est que le libraire numérique s'est abrogé un slogan pour une campagne de publicité, qui pioche directement dans les éléments copyrightés par Muhammad Ali Enterprises. Une phrase de travers, en somme, et c'est l'escalade de la violence.


La phrase en question « Float like a butterfly, sting like a bee » va donc conduire les deux sociétés devant le tribunal fédéral de Manhattan, pour une publicité parue le mois dernier dans le New York Times, qui vante les mérites du lecteur ebook de Kobo. Or, le slogan d'Ali est une marque déposée, qui est soumise à un accord d'utilisation, selon la plainte.

La pub « fait un usage commercial du slogan utilisé par Mohamed Ali, et du nom de Mohamed Ali sans autorisation ni compensation pour Muhammad Ali Enterprises ». Kobo, pour l'heure, a refusé de commenter la plainte ou de faire la moindre réflexion sur cette décision.

La phrase en question est une citation du boxeur, qui l'avait utilisée pour décrire son style de boxe, peu orthodoxe et académique, qui par la suite fit école.

Mohamed Ali Enterprises n'a pas encore évalué le montant des dommages-intérêts qui seront réclamés.