Moins de fonctionnaires, mieux payés grâce à Luc Chatel

Clément Solym - 01.10.2009

Edition - Société - moins - fonctionnaires - mieux


Rien ne va plus, bien que les jeux ne soient peut-être pas encore faits : depuis ce matin, au ministère de Luc Chatel, ça négocie. Sec. « Il est tout fait légitime qu'on revalorise la fonction d'enseignant dans ce pays », expliquait-il sur les ondes de BFM, pour assurer de ses intentions ses interlocuteurs venus négocier les salaires des enseignants.

« Ce qui a toujours été dit est qu'il était tout à fait légitime que les fonctionnaires puissent bénéficier d'une partie des économies réalisées sur le non-renouvellement d'un fonctionnaire sur deux (partant à la retraite). C'est ce que je vais proposer aux syndicats d'enseignants », rapporte l'AFP.

En parallèle nous avons appris hier que 16.000 postes seraient supprimés et non remplacés dans la fonction publique en 2010. Cette économie financière réalisée d'un côté, permettra-t-elle de revaloriser la rémunération perçue par ceux qui restent ? Ce type de calcul semble un poil déraisonnable. D'autant que le ministre n'aime pas qu'on le chatouille sur le sujet du montant dont bénéficieront les enseignants. Alors qu'on lui soumet le chiffre de 1,5 milliard sur BFM, Luc fait grise mine (bien que ce ne se soit pas vu parfaitement à la radio) et ne répond pas.

Cependant, c'est bien là l'optique que le candidat Sarkozy avait annoncée lors de la campagne présidentielle en 2007, proposant ainsi moins de fonctionnaires, certes, mais avec une rémunération plus importante. Chose que manifestement Xavier Darcos n'a pas eu le temps de mettre en place durant son occupation du poste...

Reste que l'on a déjà évoqué l'augmentation de revenu pour les profs débutant, ainsi que ceux en fin de carrière, avec des sommes revues à la hausse. Autre plan que le ministre veut instaurer, celui de possibles « deuxièmes carrières ». On ignore s'il s'agit de celles avant la troisième, auquel cas, « secondes carrières » eut été plus avisé, mais nous sommes curieux d'en apprendre plus.