Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Moins de livres imprimés en 2013, l'impression à la demande souffre

Clément Solym - 06.08.2014

Edition - Economie - impression papier - livres édition - impression demande


Le nouveau rapport de Bowker concernant l'impression de livres aux Etats-Unis, au cours de l'année 2013, montre qu'une double tendance s'est dégagée. D'une part, moins de livres traditionnellement imprimés ont été réalisés. Mais d'autre part, on assiste à une diminution de l'impression à la demande, après plusieurs années de très forte croissance. 

 

 DSC_0134

Antho_ooony, CC BY SA 2.0

 

 

La production américaine a donc ralenti de nouveau : en 2012, on enregistrait 309.597 titres imprimés, et pour 2013, les prévisions envisagent 304.912. Une diminution de l'impression qui montre toutefois une certaine stabilité, en dépit de la concurrence que l'on attribue toujours aux livres numériques. Les chiffres, présentés dans un rapport officiel de Bowker, indiquent néanmoins un autre fait intéressant.

 

Alors qu'en 2013, 1,108.183 million de livres ont été réalisés en impression à la demande, c'est une diminution drastique, alors qu'en 2012, on avait vu 2,042.840 millions de livres imprimés en Print on Demand. Or, la croissance semblait particulièrement prometteuse : entre 2011 et 2012, les chiffres enregistraient une croissance de 55 % dont les acteurs espéraient bien qu'elle se poursuivrait. 

 

Le secteur de l'impression non traditionnelle est composé essentiellement de maisons de réimpressions spécialisées dans les oeuvres du domaine public, ainsi que par les services dédiés à l'autopublication. Leurs titres sont alors commercialisés quasi exclusivement par internet, et imprimés à la demande.

 

« La production d'impression traditionnelle résiste relativement bien, appuyant les rapports de l'industrie, selon lesquels la croissance des ventes d'ebooks a connu un certain ralentissement », assure Han Huang, directeur de gestions produit pour Bowker. 

 

« Bien que le secteur non traditionnel a considérablement diminué, nous estimons qu'il s'agit d'une correction du marché. L'énorme production qui a eu lieu de 2010 à 2012 a été une période inhabituelle pour l'édition non traditionnelle, reflétant des niveaux plus élevés d'investissement et d'innovation. »

 

Dans le secteur de l'édition traditionnelle, la fiction et les genres qualifiés de mineurs continuent de représenter plus de 27 % des nouveaux titres, pour 2013. Une légère hausse, par rapport à 2012, principalement due à la croissance dans la fiction. Les livres de sociologie, économie, science et religion sont alors les genres les plus prisés, dans la suite du classement. 

 

 

 

En revanche, on observe une forte croissance dans le domaine de la musique, qui a connu la plus grande augmentation + 24 % par rapport à l'année 2012, et de 28 % sur les cinq dernières années. 

  

On peut retrouver l'intégralité des statistiques à cette adresse