medias

Montréal, dernières heures avant la fin du monde

Nicolas Gary - 18.11.2018

Edition - Société - carnet bord Montréal - salon livre Montréal - dernières heures salon


#SALONLIVREMTL18 – Toutes les bonnes choses ont une fin, qu’elles s’appellent poutine, sirop d’érable ou salon du livre. Et quand, en quelques jours, on a pu profiter amplement des trois, alors, le journaliste heureux et comblé s'en peut retourner vers ses pénates, impatient de revenir. C’est donc fini, pour l’instant, car comme dit le chanteur, “je reviendrai à Montréal”. 

 
 


En cette fin de semaine, il y eut un incident météorologique fâcheux. Ce n’est pas que l’on ait peur de la neige au Québec, mais la première surprend toujours. Et pour jolies que soient les rues, soudainement recouvertes d’un manteau neigeux, pas dit que les habitants se précipitent dehors. En effet, Les Montréalais ont un peu déserté le salon après la chute de température et de neige. Moins de monde, moins de ventes ? Pas sur tous les stands en tout cas.

 

Deux jours avant le départ, donc et place aux stars, qui sur l’espace de Gallimard éclipseraient la rentrée littéraire et les grands noms… Et parfois, la réalité dépasse la fiction, ou la rejoint, ou s'embrouille... qu'importe, les jeunes lecteurs sont ravis.

 

Les Pyjamasques

 

 

La peur du succès et du déferlement de fans, en cette journée du samedi, où les espaces de dédicaces affichaient des files d’attente considérables. Et souvent, les jeunes talents montants sont plébiscités par un lectorat qui a sensiblement le même âge : Rosalie Bonenfant en est un excellent exemple.

 

IMG_6516


 

On n’avait pas encore osé Noël, dans les allées du Salon, mais le principe de l’arbre-livre était au rendez-vous — contrairement à l’aéroport Trudeau, qui affichait déjà la couleur (voir dans le caroussel).

 

arbre livre

 

 

Et dans tous les cas, outre l’espace de lecture numérique dédié, que l’Association des libraires du Québec (ALQ) avait mis en place, l’aéroport prend la mesure de son rôle social. Le point Relay verse ainsi dans l’histoire de l’édition, et plus spécifiquement du groupe Hachette, et de son fondateur, Louis Hachette, qui en 1852 ouvrit la première librairie de voyage dans une gare de Paris...

 

Histoire du groupe Hachette

 


Et pour profiter de quelques derniers instants au Salon du livre de Montréal, qui s’achèvera ce 19 novembre, voici des miscellanées : on savoure, confortablement installé…

<

>




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.