Mort d'un écrivain en Grèce : un indice découvert dans un de ses livres

Nicolas Gary - 10.01.2015

Edition - International - Menis Koumandareas - mort Grèce - assassinat écrivain


Début décembre, la Grèce apprenait la mort dans de douloureuses circonstances de l'écrivain Menis koumandareas. Une mort tragique survenue le 6 décembre dernier, qui mettait les forces policières dans l'embarras : à la découverte du corps, il était manifeste que l'écrivain avait été étranglé, dévoilant également des traces de coups.

 

 

 

« La mort tragique de Meni Koumandareas prive la littérature grecque de l'un de ses plus grands écrivains. Depuis plus d'un demi-siècle, Koumandareas a exprimé avec sa sensibilité inégalée et son style personnel les espoirs de l'homme contemporain et de la société grecque », avait commenté le ministère de la Culture grec.

 

L'écrivain était sorti avec des amis le vendredi soir, rapporte les autorités, dans un café proche de son domicile, puis avait exprimé le besoin de revenir chez lui. Selon les témoignages, il n'est pas revenu retrouver ses amis. La porte du domicile n'ayant pas été fracturée, la police est encore dans l'expectative.

 

Auteur, mais également traducteur, Koumandereas a su apporter un nouveau regard à ses compatriotes, sur Ernest Hemingway, Carson McCullers ou encore Scott Fitzgerald. Ses propres livres se consacraient à la Grèce de l'après-guerre, s'installant principalement dans la vie des classes moyennes, ainsi que les petits commerces. 

 

Suite à la découverte du corps sans vie, les enquêteurs sont parvenus à mettre la main sur un suspect, âgé de 25 ans. L'homme arrêté, de nationalité roumaine, est soupçonné d'assassinat et de tentative de vol. Il doit désormais être présenté au juge en vue d'une mise en examen, tandis que son complice présumé est toujours recherché.

 

Au fil de son dernier livre et probablement le plus autobiographique, intitulé Le trésor du temps, publié il y a quelques mois, l'écrivain évoquait la mort de sa femme, ses errances nocturnes dans la ville et autres « soirées passées avec des amis — de temps à autre ennemis aussi ».

 

Or, les forces de police ont informé que le livre contenait justement des éléments qui ont permis de trouver une piste à suivre pour l'enquête. Le romancier évoquait en effet, dans le livre, des relations avec un jeune homme, originaire de Roumanie. Il y parle également de la vente, suite au décès de son épouse, d'un bien mobilier, qui serait à l'origine du meurtre. Au sein du livre, ces séquences et le portrait brossé du suspect ont manifestement bien servi à la police grecque.

 

Cette dernière, toujours à la recherche du complice, envisage que le suspect arrêté cherchait à soutirer de l'argent à Koumandareas. Selon les premières déclarations du suspect, il aurait bien rencontré l'auteur le soir de sa mort, mais ce dernier serait en réalité mort en chutant depuis son escalier.,