Mort de Kenneth Bernard, écrivain qui “échappait aux standards habituels”

Victor De Sepausy - 12.08.2020

Edition - Société - Kenneth Bernard mort - dramaturge écrivain anglais - extraits archives district


Poète et dramaturge americain, Kenneth Bernard est décédé à New York, ce dimanche 9 août, à l’âge de quatre-vingt-dix ans. Il était écrivain, indique son éditeur français, Le Tripode. Il fut élevé à Framingham, Massachusetts, mais vécut sa vie d'adulte à New York. Et largement en retrait de la société.

 

 
Si personne, ou presque, ne connaissait son œuvre, ce n’est pas qu’elle était sans importance, mais qu’elle échappait aux standards habituels. Kenneth aimait les formes lapidaires. Sous la haute pression de son esprit, il en faisait des diamants.
 
Le peintre Sholby nous avait initiés à cette œuvre rare, incroyablement poétique, par son plus grand opus, un mince roman de cent pages intitulé Extraits des archives du district, qu’il avait entièrement traduit par admiration. Nous lui en serons toujours reconnaissants.

« Aujourd’hui encore, notre mémoire est peuplée des fulgurances de ce livre et notre fierté est profonde à le voir au catalogue du Tripode. Nous laissons la parole à Sholby », indique la maison.
 
Il aimait par-dessus tout les listes, et étudier toutes les possibilités offertes par une situation, aussi insignifiante puisse-t-elle paraître de prime abord. 
 
Lui, qui s’était il y a déjà longtemps projeté en vieillard contraint de rejoindre un « club d’enterrement » dans le monde dystopique de son roman 
Extraits des archives du district, aurait sans doute trouvé dans sa mort l’occasion d’une nouvelle multitude de questions déroutantes. 
 
Cet événement, mineur et inéluctable à l’échelle de l’humanité, serait devenu un autre moment implacable et bouleversant pour tous les admirateurs de son style incisif, humoristique et caustique. 
 
Ses questions, il les aurait énoncées les unes après les autres, numérotées, et sans doute accompagnées de notes en bas de page : «J’aime annoter en bas de page au fur et à mesure que j’avance dans la vie. Attendre la fin pour tout récapituler ne me dit rien qui vaille. Cette forme de conclusion s’apparente trop à la mort.»
 
Kenneth Bernard a fait partie de la scène du mouvement théâtral expérimental du New York des années soixante aux années quatre-vingt.  Il a souvent collaboré avec le metteur en scène John Vaccaro et le «Playhouse of the Ridiculous», avec «La Mama» ou le «Theater for the New City». Il est l’auteur de plusieurs recueils de nouvelles et de poésie, a été associé à des auteurs comme Charles Ludlam, María Irene Fornés, et Ronald Tavel. Titulaire d’un PhD de la Columbia University et d’un Bachelor of Arts du City College of New York, il a enseigné la littérature anglaise à la Long Island University pendant plus de 40 ans. 

Un de ses textes les plus marquants, 
Préparatifs, s’achevait ainsi : 

Si jamais je venais à mourir, je trouverais suprêmement réconfortant d'avoir la grosse Anya, nue, agenouillée, flottant au-dessus de moi, suant comme une truie, me murmurant d'incompréhensibles, gutturaux et tendres mots en russe. Si je pouvais parler, je répondrais, oh, tellement heureux, “ Oui. Oui. Je sais. Tu as raison. Serre-moi, Anya. ” Et tout serait bien.

 
Alors, tout est bien.



Commentaires
Errare humanum est : d'après https://en.wikipedia.org/wiki/Kenneth_Bernard (qui n'est pas encore informé du décès), ce poète et dramaturge était non pas britannique comme indiqué dans le chapô, mais états-unien.

(Je n'avais en effet jamais entendu parler de lui, paix à son âme.)
Bonjour et merci : la gentilité est mise à jour.

Pour Wikipedia, cela ne relève pas de nous tongue laugh
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.