Mort de l'écrivain mexicain Carlos Fuentes

Clément Solym - 16.05.2012

Edition - International - Carlos Fuentes - décès - Mexique


C'est dans la ville de Mexico que le romancier le plus célèbre du pays est mort, emporté par une maladie soudaine, à l'âge de 83 ans. C'est une hémorragie interne qui lui a été fatale. Après tout un siècle traversé, et devenu une figure emblématique de la littérature latine du XXe siècle dans les années 60 et 70, Carlos Fuentes disparaît. 

 

Essais politiques, pièces de théâtre, l'écrivain a abreuvé de multiples textes l'histoire littéraire du pays, mais c'est avant tout avec ses romans qu'il se fit un nom. Le premier livre à lui apporter la reconnaissance internationale fut publié en 1962 ; La mort d'Artemio Cruz, examinait la révolution mexicaine de 1910 et ses échecs, notamment dans la volonté de mettre fin à la misère sociale. Publié en 1962.

 

En bonne compagnie. Suivi de La chatte de ma mère

En bonne compagnie,

superbe recueil de nouvelles

 

 

Sa relation à la politique fut d'ailleurs des plus complexes. Entre 1929 et 2000 le parti révolutionnaire, à la tête du pays n'est pas son meilleur allié. Et il démissionnera de ses fonctions en 1968, alors qu'il occupe le poste d'ambassadeur en Grande-Bretagne, pour rejoindre les protestations des étudiants, lors d'un massacre organisé à Mexico, resté tristement célèbre. 

 

Il prendra le même poste, mais en France, en 1975, avant de démissionner, deux années plus tard. 

 

Finalement, Fuentes vécut plusieurs vies, entre Mexico, Londres, ses trois enfants de deux mariages différents et ses livres. Contemporain de Gabriel Garcia Marquez et Mario Vargas Llosa, il ne reçut jamais le prix Nobel de littérature, pour lequel il fut pourtant plusieurs fois cité. Cependant, il fut lauréat en 1987 et 1994 du Prix Cervantes et du Prix Prince des Asturies.

 

Retrouver les livres de Carlos Fuentes

dans notre librairie, avec Decitre