Mort de Paul Otchakovsky-Laurens, fondateur des éditions P.O.L

Clément Solym - 04.01.2018

Edition - Les maisons - Paul Otchakovsky-Laurens - Editions POL fondateur - mort Otchakovsky-Laurens


Alors qu’il était en vacances à Marie Galance, le patron de la maison éponyme P.O.L, Paul Otchakovsky-Laurens, est décédé. L’éditeur a été emporté dans un accident de voiture, à l’âge de 73 ans. Sa compagne, auteure et peintre, Emmelene Landon, avec lui dans le véhicule, a été blessée. 


Editions P.O.L
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Les Éditions P.O.L incarnent une certaine idée des lettres et de la littérature : il suffit d’observer le catalogue pour en mesurer l’ampleur, d’autant plus visible que la maison fut fondée voilà 34 ans. Paul Otchakovsky-Laurens, en 1982, quitte le groupe Hachette où il avait fondé une collection — les œuvres de Perec y seront toutes publiées. POL avait sorti le premier texte de Perec chez Flammarion avec La vie mode d’emploi, en 1978.

 

C’est d’ailleurs en référence au jeu de go, qu’aimait tant Georges Perec, que le logo de la maison a été pensé, constitué de sept points en deux couleurs, forme le Ko — une configuration spécifique et classique dans le jeu de go. 
 

Mais loin de la logique de best-seller, et avec le soutien de Flammarion, où il avait fait paraître son premier texte, POL décide de quitter Hachette (et l’actionnaire Matra) où il travaillait après son départ de Flammarion en 1997, pour fonder les Éditions P.O.L en 1982. Ses deux premières parutions seront Le Livre des ciels de Leslie Kaplan et L’Invention du corps de Saint Marc de Richard Millet.

 

Et par la suite, arrive Marguerite Duras, devenue directrice de la collection Outside : elle apportera un vent nouveau d’auteurs comme Catherine de Richaud ou Nicole Couderc. Duras, bien évidemment compte parmi les auteures majeures du catalogue, publiant La Douleur en 1985. Et d'autres aujourd'hui font le sel de cette maison comme Emmanuel Carrère, Camille Laurens, ou Valère Novarina, Atiq Rahimi et tant d’autres. 

 

Je ne suis pas une héroïne, de Nicolas Fargues – et pourtant...
 

Théâtre, poésie et romans s’y retrouvent, cultivant toujours une littérature exigeante. «Tous les livres que j’ai publiés ont comme préoccupation centrale le travail de l’écriture. Pas un auteur qui n’ait eu de souci formel, qui n’ait réfléchi sur le matériau de la langue», assurait-il en 2013.

 

«Jean Paulhan éditait les livres qu’il voulait avoir dans sa bibliothèque. Moi, je publie des livres que j’aurais aimé avoir écrits.»
 


La ministre, dans un communiqué officiel, a précisé : 
 

Paul Otchakovsky-Laurens a marqué l'histoire de l'édition française.

Il a été l'éditeur inspiré de Georges Perec, Marguerite Duras. En fondant une maison indépendante exceptionnelle consacrée à la littérature contemporaine, les éditions P.O.L, il a consacré tout son talent à la découverte d'auteurs dont il n'a cessé d'accompagner l'œuvre, comme celle d'Emmanuel Carrère, de Marie Darrieussecq, de Charles Juliet, d'Olivier Cadiot, de Valère Novarina.

Il entretenait avec ses auteurs un lien particulièrement fort, et une véritable complicité intellectuelle et artistique.

Il était aussi sensible à l'art cinématographique et venait de réaliser un documentaire sur ce qui fut la passion de toute sa vie, « Éditeur ».


En effet, l’année passée, Otchakovsky-Laurens avait produit un second film, Éditeur, revenant sur le métier justement. « Pourquoi les uns écrivent et pourquoi d’autres les éditent? Qu’est-ce qui pousse les uns à confier le plus cher d’eux-mêmes, le plus intime, à d’autres qui vont s’en emparer au prétexte de le faire connaître? »

 


 

Frédérique Bredin, Présidente du CNC dont Paul Otchakovsky-Laurens prit la tête de la commission d’avance sur recettes en décembre 2010, et compta parmi les membres actifs, a également diffusé un hommage tout particulier :

 

Il mettait en lumière les mots des autres avec une admiration infinie. Fondateur des éditions P.O.L, Paul Otchakovsky-Laurens était connu pour son esprit intuitif et son amour des lettres.

La maladie de Sachs de Martin Winckler, La Moustache d'Emmanuel Carrère, Syngué sabour. Pierre de patience d'Atiq Rahimi - lauréat du Prix Goncourt en 2008 -, sont autant de premières œuvres qui ont non seulement rencontré leurs lecteurs mais qui ont également inspiré de bien belles adaptations cinématographiques.

Le cinéma, une autre passion de ce grand éditeur qui aimait tant les histoires. Paul Otchakovsky-Lauren a longtemps œuvré au sein de la Scelf (Société civile des éditeurs de langue française) qui organisait au Salon du livre des rencontres avec une centaine de producteurs afin de favoriser le passage du livre à l'écran. Il présida également l'Avance sur recettes au CNC de 2011 à 2013 et contribua à soutenir des cinéastes comme Katell Quillévéré, Manoel de Olivera, Quentin Dupieux, Pascale Ferran, Justine Triet, Bruno Dumont, Rebecca Zlotowski, Asghar Farahdi,Clément Cogitore, Xavier Beauvois....
Cinéaste inspiré, il venait de réaliser Éditeur, un documentaire très personnel dans lequel il expliquait sa vocation et cette passion qui ne l'a jamais quitté.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.