Mort de Xavier Barral, grand éditeur de la photographie

Maxim Simonienko - 19.02.2019

Edition - Les maisons - xavier barral mort - éditions barral photographie - xavier barral décès


Grand éditeur d'ouvrages photographiques, d'architecture et d'art contemporain, Xavier Barral est mort dans son sommeil le dimanche 17 février 2019, à l’âge de 63 ans. Il était à la tête de la maison d'édition qui portait son nom.

 

Voyageur, photographe et éditeur


Après des études de graphisme et de photographie à l’Esag, Xavier Barral étudie la scénographie à Saint-Charles. Il s'ennuie toutefois rapidement, et préfère l'appel du large. Dans les années 80, on le retrouve photographe de presse, mais aussi directeur artistique de magazines (l’Autre Journal, Impact médecin et l’Événement du jeudi). La photographie devient rapidement centrale dans son parcours professionnel.

En effet, en 1992, Xavier Barral cofonde avec Annette Lucas et Stéphane Trapier l’agence de création visuelle et de communication culturelle Atalante, ce qui lui permet de rentrer pour la première fois en contact avec de nombreuses maisons d’édition et de signer des catalogues d’exposition. Ses efforts sont récompensés, notamment, par le prix du livre d’art à la foire de Francfort pour Andy Warhol Cinéma (éditions Carré).

Ce n'est qu'au tournant des années 2000 que Daniel Buren l’incite à créer sa propre maison d’édition, laquelle dispose aujourd'hui d'un catalogue conséquent qui réunit notamment Sophie Calle, Raymond Depardon, Michel Journiac, Annette Messager, Laurent Le Bon ou encore Hiroshi Sugimoto. Éditeur français incontournable de l'art de la photographie, Xavier Barral publiait environ quatorze titres par an.
 

« Un terrien fabuleux »


L'éditeur était réputé pour son exigence, mais surtout pour sa créativité. Le ministre de la Culture, Franck Riester, ainsi que président du Centre national du livre, Vincent Monadé, ont tenu à lui rendre hommage sur Twitter : 
 

 


« C’était un terrien fabuleux », confie le photographe Raphaël Dallaporta, qui a publié plusieurs ouvrages avec lui, à Libération. « Il avait un côté explorateur dans tout ce qu’il entreprenait. C’était merveilleux pour un auteur d’avoir sa complicité pour construire des choses qui durent, notamment les livres qui doivent rester après nous. Je lui avais donné un surnom et l’appelais Matt Schwarz, car il imprimait en Allemagne et maîtrisait comme personne le rapport de l’encre et du papier. Particulièrement dans les noirs, ce qui faisait sa spécialité. »

via Libération



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.