Mort du Catalan Arthur Conte, un "Provincial à Paris"

Cécile Mazin - 27.12.2013

Edition - Société - Arthur conte - décès - historien


Homme politique, écrivain, mais également historien et ancien PDG de l'ORTF, Arthur Conte est décédé à l'âge de 93 ans, ce 26 décembre. Originaire des Pyrénées-Orientales, né en 1920, il fit des études supérieures et endura le Service du Travail Obligatoire en 1943, mais son hostilité lui a coûté un internement dans les camps. 

 

 

 

 

Auteur prolifique, il publia près d'une trentaine d'oeuvres centrées sur l'histoire, dont une grande partie est actuellement dans la base du registre ReLIRE. Il publia également une autobiographie, Un provincial à Paris, en 97, ainsi qu'une oeuvre portant sur la région du Roussillon, Ma Terre de toujours. Histoire d'une  province française, en 2002.

 

Entre 1972 et 73, il fut nommé PDG de l'ORTF, préférant quitter les lieux, après avoir constaté qu'il ne parvenait pas à mettre en place les réformes qu'il désirait. En effet, son souhait était de parvenir à détacher cette télévision du pouvoir politique. 

 

Il fut également producteur d'émission pour FR3, comme le rappelle la minstre de la Culture dans un communiqué :

Pour bien des Français, le nom d'Arthur Conte reste lié à l'ORTF dont il fut le Président en 1972 et 1973. Le public découvrit alors un homme d'une grande force intellectuelle, d'une grande authenticité, passionné et ouvert sur le monde. Il restait profondément attaché à son Roussillon natal : « Je suis d'abord et avant tout Catalan », disait-il.
La notoriété que lui valurent ses fonctions à la télévision ne doit cependant pas faire oublier le journaliste de presse écrite, l'écrivain d'une étonnante prolixité, et le passionné d'histoire.
Arthur Conte était aussi un homme d'engagement, puisqu'il fut député des Pyrénées Orientales sous la IVème et la Vème République et secrétaire d'État à l'Industrie et au Commerce en 1957.

 

L'INA propose de retrouver différentes émissions le concernant. La première, du 1er janvier 1976, Radioscopie : 

 

Arthur CONTE, journaliste, homme politique et ancien président de l'ORTF : la vie qu'il mène aujourd'hui, son regret du temps où il était P.D.G. de l'ORTF, son avis sur l'éclatement de l'ORTF, ses reproches à l'égard de la majorité politique actuelle, sa position vis-à-vis du gouvernement. Sa définition de l'historien, son plaisir d'écrire, son autobiographie en préparation : autoportrait moral, son livre "Le 1er Janvier 1900". Comment il échappe au "parisianisme" (définition de ce mot), son pessimisme concernant l'avenir politique, ses livres et émissions en préparation, ses recherches pour écrire "Le 1er Janvier 1900".

 

 

 

La seconde, L'Homme en question :

 

Roger PILLAUDIN propose de mettre en question, Arthur CONTE, historien, romancier, politicien, mais plus connu du grand public pour son rôle de PDG de l'ORTF.Autoportrait : Dans les décors de son pays natal, Arthur CONTE se raconte : il parle de ses origines catalanes, de sa famille modeste, de ses études ; décrit le caractère catalan et son profond attachement à sa région. Sur des images du château fort de Salses et du village de Salses, dans la maison de son enfance, il parle de son goût pour l'écriture, de sa passion pour l'histoire, de son goût pour la contemplation et la méditation, mais aussi pour le rugby, « une merveilleuse école de courage ». Avec ses amis de Salses, il regarde volontiers des matches à la télévision. Arthur CONTE, maire de Salses, évoque sa carrière politique, son éloignement des socialistes (SFIO à l'époque) pour cause de désaccord avec l'alliance socialo-communiste en 1962, son ralliement à Georges POMPIDOU et à l'UDR. Il donne sa définition du socialisme démocratique. Il explique le choix de sa candidature pour le poste de PDG de l'ORTF et cite les nombreuses réalisations accomplies pour son village en tant que maire.Le débat réunit Claude ESTIER, secrétaire national du Parti Socialiste, René REMOND, historien, et Jacques SALLEBERT, journaliste à la télévision, qui le questionnent sur sa vie d'homme politique (son départ du Parti Socialiste, son opinion sur les communistes), public (PDG de l'ORTF de 1972 à 1973, son départ douloureux, la réforme de l'ORTF, la télévision aujourd'hui) et d'historien (les livres historiques de CONTE).