Mort du poète Alain Jouffroy, “révolté contre les absences de révolte“

Cécile Mazin - 21.12.2015

Edition - Société - Alain Jouffroy - poète décès - surréaliste mouvement


« Alain Jouffroy nous a quittés ce matin, calmement, en sa 87e année. Il sera inhumé au cimetière du Père-Lachaise selon ses vœux, dans ce 20e arrondissement de Paris où il vivait et qu’il affectionnait tant. » Ainsi apprend-on le décès du poète, proche du surréalisme et ami d’Aragon. 

 

Crédit Facebook

 

 

Après deux semaines d’hospitalisation à Saint-Louis, l’écrivain est mort : toute une vie passée à se révolter « contre les absences de révoltes ». Il fut gratifié en 2007 du prix Goncourt de la poésie, le jury saluant alors l’ensemble de son œuvre.

 

Engagé, mais réticent à se laisser embarquer dans un mouvement qui lui aurait refusé toute liberté personnelle, il compta parmi les personnalités intellectuelles fortes de ce XXe siècle, rapporte l'AFP.

 

Cocréateur de la revue Opus international, il cherchera ici et ailleurs à défendre un regard plus ouvert sur la création artistique. Le 21 mai 1968, il lancera avec Jean-Pierre Faye, Nathalie Sarraute, Michel Butor et 200 autres signataires l’Union des écrivains. Elle regroupera des auteurs aux formes littéraires les plus variées, avec pour objectif de « susciter une réflexion collective sur le rôle de la littérature et de l’écrivain dans la société ». Mais ils prendront également part à la constitution de la loi relative à la sécurité sociale des auteurs, entrée en vigueur au 1er janvier 1977. 

 

Auteur assurément prolifique, il fit paraître une centaine d’ouvrage, en poésie, mais également roman, essais et textes sur l’art. 

 

Poursuivant la passion pour l’Extrême-Orient, il devint également, entre 1983 et 1985, conseiller culturel de l’ambassade de France, à Tokyo.  Il avait d’ailleurs préfacé un livre d’Haruki Murakami, La fin des temps (trad. Corinne Atlan). Son dernier livre, La vie réinventée à Montparnasse, a été publié en 2011, aux éditions Musée du Montparnasse. Ses ouvrages ont été principalement publiés aux éditions Gallimard

 

Les archives d'Alain Jouffroy sont conservées aux Archives nationales de la critique d'art de Châteaugiron, près de Rennes, pour les textes sur l'art moderne et contemporain, et à l'IMEC5 de Caen pour les œuvres poétiques et romanesques, les projets inédits, une partie de la correspondance. Il existe également un nombre important d'entretiens radiophoniques et d'émissions de radio réalisées par Alain Jouffroy sur l'art et la littérature dans les archives de l'INA, indique Wikipedia.