Mort Max Théret, co-fondateur de Fnac : la vie moins chère

Clément Solym - 25.02.2009

Edition - Société - Max - Théret - fondateur


C'est au cours de la nuit que le co-fondateur de l'enseigne longtemps restée agitateur public numéro 1, est décédé. En 1954, avec André Essel, ces deux militants d'orientation marxiste souhaitaient offrir tout d'abord des produits pour tous, à bas prix.

Originellement parti d'un club vendant du matériel photo, destiné aux cadres (Fnac dut un temps l'acronyme de Fédération nationale d'achats des cadres, et pas des cadres photo...), c'est progressivement que les deux hommes introduisirent d'autres produits high-tech, puis vinyles et CD.

Ils sont paradoxalement à l'origine de la loi Lang, qui en 1981, interdisit la vente au rabais de livres, pratiquée dans leur librairie, ouverte en 1974.

Ancien secrétaire de Trotski, dont on raconte qu'il fut le garde du corps, Max Théret et son associé désiraient avec Fnac que l’« action pour le consommateur complète l'action politique ». Peu après l'arrivée en bourse du groupe en 1980, Max vendra la franchise, qui est aujourd'hui aux mains de PPR.

Les derniers chiffres et résultats du groupe attestent que les nouvelles technologies ont supplanté la culture, puisque seuls 18 % des ventes sont issus des livres. Finalement, une sorte de retour aux premières amours...